L’action d’Apple en berne

Publié le 06/10/2011 à 07:27, mis à jour le 06/10/2011 à 07:43

L’action d’Apple en berne

Publié le 06/10/2011 à 07:27, mis à jour le 06/10/2011 à 07:43

Par Mathieu Lavallée

Steve Jobs, lors du lancement du iPad 2 le 2 mars 2011. Photo : Bloomberg

Les investisseurs ont mis l’action d’Apple en berne jeudi matin à Wall Street, au lendemain du décès de Steve Jobs, co fondateur de l’entreprise qui a démissionné le 25 août dernier après un long congé de maladie.

Vers 7h10, le titre d’Apple lâchait 2,2 %, ou 8,25 $ US, à 370 $ US. Il avait clôturé la veille en hausse de 1,54 %, à 378,25 $ US.

L’action inscrite à la Bourse Nasdaq avait eu une réaction similaire à la fin du mois d’août. Reculant dans les échanges hors-cote après la fermeture des marchés à l’annonce de sa démission, le titre avait finalement terminé en forte hausse le lendemain. Plusieurs analystes affirmaient d’une façon ou d’une autre que la compagnie emblématique performerait tout aussi bien sans son cofondateur, notamment parce que Steve Jobs s’était entouré d’une équipe capable de prendre la relève.

Pour l’instant, le discours reste sensiblement le même du côté des observateurs financiers. « Le recul de ce matin est essentiellement une réaction de choc », a commenté Andreas Lipkow, opérateur de marchés chez MWB Fairtrade Wertpapierhandelsbank AG à Francfort, ou l’action d’Apple a également reculé plus tôt ce matin. « Dans sa position de visionnaire, je pense qu’il a organisé les choses et que le nouveau chef de la direction va bien gérer les choses », a précisé le courtier.

Lors de la démission de Steve Jobs, son collaborateur de longue date Tim Cook a été nommé à la tête d’Apple.

Avec Bloomberg.

Également à lire: Plus qu'un vendeur de gadgets

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.