Partage de contrats: 75 000$ d'amendes au président de Genivar

Publié le 24/02/2020 à 14:01

Partage de contrats: 75 000$ d'amendes au président de Genivar

Publié le 24/02/2020 à 14:01

Par La Presse Canadienne

M. Shoiry avait déjà plaidé coupable aux deux chefs de plainte liés à des faits datant des années 2003 à 2010.(Photo: Les Affaires)

Le président et chef de la direction de la firme de génie Genivar, Pierre Shoiry, vient d’être condamné à payer des amendes totalisant 75 000 $ parce qu’il n’a pas mis en place les mesures nécessaires pour éliminer les procédés douteux au sein de la firme dans le cadre d’un système de partage de contrats.

L’ingénieur a aussi remis son permis d’exercice à l’Ordre des ingénieurs du Québec et a renoncé de façon irrévocable à son titre d’ingénieur, a annoncé lundi le Conseil de discipline de l’Ordre.

M. Shoiry avait déjà plaidé coupable aux deux chefs de plainte qui avaient trait à des faits datant des années 2003 à 2010.

En 2013, l'entreprise a changé de nom et opère maintenant sous la bannière WSP Global.

Ce sont en fait deux amendes de 37 500 $ qu’il devra payer pour des actes dérogatoires à la profession. L’Ordre souligne que l’amende de 75 000 $ est la deuxième en importance imposée par le Conseil de discipline.

Le premier fait reproché est de ne pas avoir mis en place les mesures nécessaires pour surveiller l’application des directives internes reliées au processus d’appels d’offres, afin de prévenir ou d’arrêter des procédés qui avaient cours au sein de la firme, dans le cadre d’un système de partage de contrats entre firmes de génie.

Le second est de ne pas avoir mis en place les mesures nécessaires pour surveiller l’application des directives internes ayant trait au financement politique et au versement d’une ristourne ou d’une commission en vue d’obtenir un contrat.

 


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Mirabel: Airbus Canada se tourne vers la subvention salariale

Airbus Canada a choisi, comme Air Canada, de se tourner vers la subvention salariale d'urgence d'Ottawa.

COVID-19: des employés d'entretien ménager du privé réclament une prime de risque

Des travailleurs du privé qui font du nettoyage et de la désinfection en sous-traitance demandent une prime de risque.

Sans vaccin, la vie ne reprendra pas son cours normal dit Trudeau

Les programmes d'aide financière seront-ils reconduits à la fin de cette première vague?