La médecine sans frontières

Publié le 29/11/2008 à 00:00

La médecine sans frontières

Publié le 29/11/2008 à 00:00

Par Pierre Théroux

La présence d'une femme voilée à l'entrée de l'établissement, venue y faire soigner son enfant, pourrait surprendre.

Mais cette visite n'a rien d'étonnant pour le personnel et les usagers du Centre hospitalier universitaire (CHU) Hadassah, qui s'est toujours fait un devoir de soigner tous les malades, peu importe leur origine ou leur religion.

Ici, dans cet îlot de fraternité où Juifs et Palestiniens se côtoient, les médecins et infirmiers juifs, arabes israéliens, chrétiens ou palestiniens travaillent de concert dans un seul but : dispenser des soins et sauver des vies.

Cet engagement lui a " valu d'être parmi les candidats au prix Nobel de la paix en 2005 ", souligne Ron Krumer, porte-parole de l'institution où l'ancien premier ministre israélien Ariel Sharon avait été hospitalisé pendant plusieurs mois, en 2006, après avoir subi une hémorragie cérébrale et être tombé dans le coma.

En 2003, l'Hôpital lançait l'opération " Un coeur pour la paix ", un programme permettant à des enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques, souvent mortelles, d'y être soignés gratuitement. Depuis, le service de cardiologie pédiatrique d'Hadassah a réalisé plus de 100 chirurgies cardiaques sur des enfants palestiniens.

Un million de patients du monde entier

Il y a près d'un siècle, deux infirmières américaines de l'organisation des femmes sionistes d'Amérique, Hadassah, arrivaient en terre de Palestine, animées du rêve d'améliorer les soins médicaux dans la région. Les efforts des 30 années suivantes ont permis de créer la première école d'infirmières, puis, en 1939, l'Hôpital universitaire Hadassah.

Aujourd'hui, plus d'un million de patients y viennent chaque année pour recevoir des services médicaux de pointe dispensés par des spécialistes réputés. Des gens originaires d'Israël, mais aussi du bassin méditerranéen, d'Europe, des États-Unis et d'Asie. Des dizaines de citoyens géorgiens ont d'ailleurs bénéficié des soins du personnel de l'Hôpital Hadassah lors du récent conflit avec la Russie.

A la fois hôpital civil, hôpital militaire, centre universitaire et institut de recherche, le CHU se compose de deux hôpitaux : Mont Scopus, à Jérusalem-Est, et Ein Kerem, à l'Ouest.

Oeuvrant en partenariat avec l'Université hébraïque de Jérusalem, le CHU regroupe des facultés de médecine et de pharmacie, une école dentaire, un institut de cancérologie et divers programmes de santé publique.

La recherche clinique

L'Hôpital Hadassah est également réputé pour son pôle de recherche, dont les équipes ont fait des découvertes importantes, notamment le prion, responsable de la maladie de la vache folle. L'établissement est également considéré comme un des chefs de file mondiaux dans le domaine des recherches sur les cellules souches.

" Plus de 50 % de la recherche clinique en Israël est issue des laboratoires de l'Hôpital Hadassah ", dit Ron Krumer.

Chaque discipline est dotée d'une unité de recherche et il y a également plusieurs centres de recherche interdisciplinaires auxquels collaborent des scientifiques et des médecins.

L'établissement d'Ein Karem est aussi connu pour sa synagogue ornée de 12 vitraux de Marc Chagall, offerts lors de l'inauguration du nouvel hôpital en 1962 par le célèbre peintre juif né en Biélorussie.

Monumentaux et disposés trois par trois aux quatre points cardinaux, les vitraux représentent les 12 fils de Jacob desquels sont issues les 12 tribus d'Israël. On y reconnaît le style particulier de l'artiste en voyant flotter des figures d'animaux, de poissons et de fleurs. Dans des couleurs où dominent les bleu, jaune, vert et rouge éclatants sous l'effet du soleil de cette journée de septembre.

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.