Courtage: Disnat passe à la commission fixe de 9,95$

Publié le 04/03/2014 à 10:27

Courtage: Disnat passe à la commission fixe de 9,95$

Publié le 04/03/2014 à 10:27

Par Thomas Cottendin

Tel que l'avait laissé savoir son directeur général il y a deux semaines, Disnat, la filiale de courtage en ligne de Desjardins, a abaissé sa commission fixe à 9,95$ lundi, s'alignant ainsi sur les barèmes de la concurrence.

Comme promis, Desjardins n'entrera pas en «guerre des prix». Disnat, la filiale de courtage en ligne de la coopérative québécoise, a abaissé sa commission fixe à 9,95 $ lundi, suivant la trace des autres banques du pays et de sa principale rivale, la Banque Nationale.

Cette commission fixe s'applique à tous les investisseurs, pour les transactions sur actions nord-américaines effectuées via la plateforme «Disnat Classique». Le courtier à escompte en a aussi profité pour simplifier sa commission relative aux transactions sur options nord-américaines qui passe à 1,25 $ par contrat, avec un minimum de 8,75 $ à payer.

Au lendemain de l'annonce du passage de Banque Nationale Courtage Direct (BNCD) à la commission fixe à 9,95$, qui faisait suite à l'abaissement des commissions fixes de la RBC, de BMO et de la TD, Laurent Blanchard, directeur général de Disnat, avait déclaré en entrevue avec Les Affaires qu'il était «en attente d’approbation» par son service de conformité pour suivre la concurrence.

«Nous ne descendrons pas plus bas que les prix actuels de la concurrence [9,95$], car ça serait déclencher « une guerre des prix»», avait expliqué Laurent Blanchard. Disnat a donc tenu parole et fera profiter de la même offre que celle des principales enseignes concurrentes à ses clients.

À lire: Courtage: Disnat devrait suivre la concurrence, sans entrer en «guerre des prix»

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».