Bernard Mooney : le président de la TD parle trop

Publié le 25/11/2008 à 00:00

Bernard Mooney : le président de la TD parle trop

Publié le 25/11/2008 à 00:00

Les mésaventures de la Banque Toronto-Dominion sont particulièrement amusantes (en autant que vous n’êtes pas actionnaire, évidemment).

La semaine dernière, TD a annoncé, à la surprise générale, des radiations de 350 M$ après impôts en raison de pertes sur prêts et de la dévaluation de placements.

Dans le contexte, vous me direz que c’est loin d’être surprenant. Et vous avez raison.

La surprise c’est que le président et chef de la direction de la TD, Ed Clark, avait assuré aux investisseurs que sa banque était au-dessus de la crise de crédit. D’ailleurs, il y avait dans les propos de M. Clark un soupçon d’arrogance, un peu qu’on si il disait « nous on sait ce qu’on fait alors que les Américains…».

Jeudi dernier, lors d’un appel conférence pour expliquer les radiations de 350 M$, M. Clark a mentionné que la banque n’émettrait pas d’actions ordinaires. Hier soir, la Banque TD a annoncé une émission d’actions ordinaires de 1,2 milliard de dollars.

Dans le Globe & Mail d’aujourd’hui, on peut lire que M. Clark croit que c’est une erreur d’émettre des actions, mais qu’il l’a fait quand même, pour faire plaisir au marché.

Les investisseurs étant obsédés par la solidité financière, TD a choisi d’améliorer ses ratios de capitalisation. «Maintenant, on peut retourner à la gestion de la compagnie», ajoute-t-il.

Un conseil à M. Clark : le silence est d’or.

Réagir à ce blogue

À suivre dans cette section

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIV√Č. Les titres technologiques m√©ritent-ils des √©valuations aussi √©lev√©es?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVIT√Č. Les rendements √©lev√©s viennent obligatoirement avec des risques √©lev√©s.