Vidéotron prête pour un nouveau cycle, soutient Manon Brouillette

Publié le 05/11/2018 à 08:07

Vidéotron prête pour un nouveau cycle, soutient Manon Brouillette

Publié le 05/11/2018 à 08:07

Par Martin Jolicoeur

Avec le dévoilement officiel de Helix, il y a quelques jours, et de son nouveau service de téléphonie mobile Fizz quelques semaines plus tôt, sa présidente sortante affirme que Vidéotron est à la veille d’entamer un nouveau cycle de développement qui lui permettra de mieux faire face à la concurrence. 

On pense particulièrement aux BCERogers et Shaw, leaders  traditionnels des télécommunications au Canada. Mais tout autant aux GoogleAppleFacebook et Amazon, qu’on regroupe maintenant sous l’acronyme GAFA, qui ont toutes la capacité de transformer les façons de faire de nombreuses industries.

«Avant d’annoncer mon départ (le 16 octobre), je me suis assurée que le plan stratégique était entériné à long terme, affirme la présidente sortante. Donc après mon départ, on risque surtout de constater une continuité à laquelle j’aurai contribué. Il y a FizzHelix et plein d’autres projets dans les cartons liés à la technologie 5G qui m’apparaissent super bien alignés. Je prévois un bel avenir pour Vidéotron, même quand Manon Brouillette ne sera plus là!»

Des propos qui devraient plaire aux actionnaires de sa société-mère Québecor (TSX; QBR.B), inscrite à la Bourse de Toronto. Il faut comprendre que les activités de Vidéotron représentent près 80% des revenus de Québecor et plus de 90% de ses bénéfices. C’est dire toute l’importance financière et stratégique que la filiale de 7000 employés représente pour le conglomérat dirigé par Pierre Karl Péladeau.

Un marché en constante transformation

À l’instar de ses concurrents, Vidéotron doit composer avec les avancées technologiques qui, à chaque fois, risque au passage de lui faire perdre des abonnés. Les reculs qu’on observe actuellement du côté de la téléphonie résidentielle et de la télédistribution illustrent bien ce phénomène.

La télévision traditionnelle étant en baisse, le nombre d’abonnés à la câblodistribution recule. Vidéotron a encore perdu 15 000 abonnés au premier trimestre. Ce chiffre est négligeable par rapport au bloc de 1,6 millions d’abonnés que compte toujours l’entreprise. Mais le mouvement est bien enclenché. 

Découvrez mes derniers textes / Suivez-moi sur Twitter / Rejoignez-moi sur LinkedIn 

Le même phénomène frappe, depuis longtemps, la téléphonie résidentielle. Vidéotron compte encore un peu plus d’un million d’abonnés. Mais là aussi le mouvement vers le bas paraît inexorable, le plus souvent au bénéfice du sans-fil, heureusement un secteur où Vidéotron est bien présente. 

En 2016, le nombre de ses abonnés cellulaires a cru de 16% et en 2017, de 14,5%. Là encore le mouvement est fort et ne semble pas en voie de ralentir. Même que depuis quelques années, il croître le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de Québecor de 6-7% par année.

C’est dans ce contexte de grande transformation et de lente disparition des technologies filaires, que les derniers grands projets commerciaux que sont Helixet Fizz, en chantier depuis des années, prennent tout leurs sens, explique Mme Brouillette au cours d’un entretien avec Les Affaires. «C’est comme si nous arrivions en gare, avec une vision et des technologies du futur, prêts à nous élancer dans le nouvel environnement technologique que nous promet la 5G.»

Helix, la tech de tous les possibles

Pour la seule PDG de grande entreprise de télécommunication au Canada, Helix sera ni plus ni moins que la pierre angulaire des deux vecteurs de croissance principaux que seront l’Internet et les technologies mobiles dans les prochaines années. 

Développé sur la plateforme Xfinity X1 en collaboration avec le géant américain ComcastHelix est une nouvelle plateforme de services par laquelle convergera l’ensemble des technologies utilisées dans une résidence. On pense par exemple à la télédistribution traditionnelle par câble qui sera remplacée progressivement par la «télé par Internet».  

Il en sera de même pour toutes les autres fonctions utilisées à la maison, comme l’accès Internet, la télédiffusion, les téléchargements vidéo et toutes nouvelles offres de services à développer, souvent apparentées à la domotique. Enfin, comme Google Home, le boitier sans fil par lequel transiteront toutes ces fonctions sera en mesure de répondre à des commandes vocales donnant accès par exemple à du contenu télévisuel, ou au contrôle des niveaux d’éclairage et de chauffage de sa résidence.

En poste depuis 5 ans, Manon Brouillette a annoncé son départ de Vidéotron le 16 octobre. Elle doit demeurer en poste jusqu'au 31 décembre.

Helix a été conçu pour fonctionner sur le réseau de fibre optique actuel de Vidéotron. Mais on s’attend à ce que les spectres du 5G, dont les enchères pourraient être lancés dès 2019, pourra amener les fonctions prévues (domotique et autres) encore plus loin et ajouter un niveau de connectivité encore plus avancé pour la clientèle. 

Actuellement en rodage, parmi les employés de Vidéotron, ce tout nouveau service pourrait donc ainsi permettre à Vidéotron de rejoindre, par les spectres du 5G, des marchés qu’elle ne parvenait pas à rejoindre par l’intermédiaire des réseaux filaires actuels. «Le potentiel de croissance du 5G est énorme, explique Mme Brouillette. Non seulement nous pourrons offrir des services qui n’existent pas encore - et qui donc pourront éventuellement être monétisés -, mais également aller desservir de nouvelles clientèles (géographiquement éloignées le plus souvent) que nous n’arrivions pas à desservir.» 

Vidéotron prend soin de demeurer discrète sur les nouveaux services qu’elle convoite et ses prévisions de revenus et bénéfices associés à la domotique. Cependant, selon des données de Statista d’avril dernier, le marché canadien de la maison connectée représenterait actuellement des dépenses de consommateurs de 1,25 milliards de dollars (G$) annuellement. Avec une croissance annuelle estimée à 19,9% au cours des prochaines années, on s’attend à ce que ce marché atteigne les 2,6G$ en 2022.

La stratégie de Fizz

Le tout nouveau service de téléphonie sans fil, baptisé Fizz, s’inscrit aussi dans une ambition de Vidéotron d’accroître ses revenus dans un marché somme toute géographiquement limité aux frontières du Québec.

Ce nouveau fournisseur offrira des services cellulaires et internet, sans chichis (no frills) et bon marché, un peu à la manière de Koodo, de Telus. Avec ce service, entièrement numérique, Vidéotron vise deux marchés spécifiques, explique la présidente. D’une part les membres des générations Y et Z combinés, lesquels représenteront plus de 50% de la population mondiale dans deux ans.

Mais ce faisant, elle espère aussi intéresser un tout nouveau segment pour Vidéotron : des centaines de milliers d’abonnés urbains, issus de l’immigration et souvent principalement de langue anglaise, qui lui échappent actuellement aux dépens d’autres fournisseurs.

L'entreprise, qui était complètement absente du sans-fil avant 2010, détient actuellement 16 à 17% du marché québécois. Il y a là place à amélioration. À titre de comparaison, sa concurrente Bell en contrôlerait autour de 30%.  

Avec Fizz, Vidéotron espère faire croître ses parts du marché du sans-fil au Québec à 25% d’ici 2022. 

Les ambitions du Vidéotron Affaires

Enfin, sans délaisser le marché des particuliers, Vidéotron entend continuer ses efforts afin de percer le marché des entreprises. Actuellement, la présidente estime que 145 000 entreprises font affaire avec Vidéotron pour leurs services de téléphonie ou d’accès à Internet. 

C’est bien, mais Mme Brouillette est d’avis que la société pourrait encore faire mieux et que le potentiel de pénétration n’a pas encore été atteint. La filiale de Québecor occuperait actuellement 65% du marché du service aux entreprises. 

Ses clients sont principalement des entreprises de 50 employés et moins. Au cours des prochaines années, Vidéotron entend s’attaquer plus spécifiquement aux marchés des entreprises de 50 employés et plus, des marchés encore fortement occupés par les torontoise Bell et Rogers.

Pour des raisons de compétition, l'entreprise hésite à en dire plus sur la stratégie de Vidéotron Affaires. Mais elle soutient que la croissance anticipée des revenus dans ce secteur sera 50% plus élevée dans les prochaines années que celle anticipée pour l’ensemble de l’entreprise.

Avant l’ouverture des marchés lundi matin, la valeur de l’action de Québecors’établissait à 26,09$. Depuis le début de 2018, le titre de la québécoise s’est appréciée de 2,39$, ou de 10,08% à la Bourse de Toronto.

Découvrez mes derniers textes / Suivez-moi sur Twitter / Rejoignez-moi sur LinkedIn 

À (re)lire:

Manon Brouillette quitte la présidence de Vidéotron

Vidéotron: recommandation d'achat malgré le départ de sa présidente

Vidéotron réclame d'importantes modifications réglementaires


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.