Accord de fusion à plus de 80 G $US entre AT&T et Time Warner

Publié le 22/10/2016 à 19:00

Accord de fusion à plus de 80 G $US entre AT&T et Time Warner

Publié le 22/10/2016 à 19:00

Par AFP

Le géant des télécommunications AT&T est parvenu à un accord pour racheter Time Warner, propriétaire des chaînes de télévision CNN et HBO et des studios de cinéma Warner Bros, un mariage qui va bouleverser le paysage des médias américains.

Le montant de cette méga-fusion s'élève à plus de 80 milliards de dollars, a indiqué samedi à l'AFP une source bancaire proche du dossier sous couvert d'anonymat.

Le montant final va dépendre du prix arrêté dans la fourchette de 105 à 110 dollars par titre Time Warner que les deux parties ont déterminée, a encore dit la source. La transaction va s'effectuer en liquide et en échanges d'actions, selon elle.

Le mariage devrait être annoncé officiellement au plus tard avant l'ouverture des marchés financiers américains lundi mais il n'est pas exclu que ce soit dans la nuit de samedi à dimanche à l'issue de réunions des conseils d'administration des deux entreprises, d'après la source.

Contactés par l'AFP, ni AT&T ni Time Warner n'ont donné suite dans l'immédiat.

Cette fusion devrait être examinée de près par les autorités de la concurrence car la nouvelle entité pèserait à elle seule plus de 300 milliards de dollars en Bourse, avec des activités allant du téléphone aux médias en passant par le câble et internet.

Elle serait un mastodonte aussi bien dans les contenus que les tuyaux, avec des parts de marché importantes dans ces deux secteurs aux marges très lucratives, notamment les contenus qui attirent Amazon, Netflix et désormais Google. 

AT&T, fournisseur d'accès aux chaînes payantes et un des deux grands opérateurs télécoms américain, était valorisé 230,6 milliards de dollars vendredi soir à Wall Street, tandis que Time Warner valait 69,6 milliards de dollars.

Des 'Sopranos' à «Game of Thrones»

Cette fusion est l'un des plus gros mariages entre un fournisseur d'accès aux chaînes payantes et un fournisseur de contenus depuis le rachat en 2011 de NBCUniversal par Comcast.

Elle complète le recentrage stratégique vers la vidéo impulsé ces dernières années par AT&T.

L'une des opérations les plus "transformatrices" pour l'opérateur de télécoms avait été l'achat à près de 50 milliards de dollars (sans la dette) de DirecTV, bouclé l'été dernier, qui a fait du groupe l'un des plus gros acteurs sur le marché américain de la diffusion télévisée payante.

Avec Time Warner, propriétaire des studios Warner Bros ainsi que des chaînes de télévision HBO et CNN, AT&T va mettre cette fois la main sur un important catalogue de contenus recherchés dans le sport, le cinéma ("Suicide Squad" ou "Fantastic Beasts"...) et les séries télévisées telles "Game of Thrones", "The Wire" ou encore "Sex in the City" et "Les Sopranos".

Plusieurs analystes estiment que ce mariage risque de se heurter à des objections des régulateurs américains.

"Nous pensons qu'un long examen antitrust (...) avec un résultat incertain pourrait donner aux deux parties de quoi réfléchir avant de proposer une transaction", note Credit Suisse, rappelant l'examen approfondi qu'avait dû subir le mariage Comcast-NBCUniversal.

Il y a deux ans, Time Warner avait rejeté une offre à plus de 75 milliards de dollars de 21st Century Fox, son rival contrôlé par la famille Murdoch, car le prix proposé était jugé insuffisant.

Time Warner a en outre déjà fait dans le passé une tentative de mariage malheureuse, avec le groupe internet américain AOL en 2000. Cela s'était soldé par un divorce en 2009.

Dans tous les cas, l'intérêt de AT&T pour Time Warner "démontre la valeur des médias pour divers distributeurs (télécoms)", ce qui devrait soutenir leurs cours de Bourse à moyen terme, relève RBC Capital Markets. 

Et de souligner que Time Warner représente dans le secteur un morceau de choix, en raison des contenus de valeur dont il est propriétaire, mais aussi de la structure relativement simple de son actionnariat, avec une seule classe d'actions.

Beaucoup d'autres grands groupes de médias américains sont en effet protégés par un actionnaire majoritaire verrouillant une large partie des droits de vote, comme la famille Murdoch avec 21st Century Fox ou les Redstone avec Viacom et CBS.

"Cela ne laisse fondamentalement que Disney, qui serait une opération impossible avec une capitalisation boursière de près de 150 milliards de dollars", ajoute RBC.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Délimax-Montpak acquiert Viandes Forget

Édition du 01 Juin 2019 | Les Affaires

FUSIONS ET ACQUISITIONS. Délimax-Montpak a confirmé mardi l’acquisition de l’entreprise Viandes Forget de Terrebonne.

Acquisitions d’entreprises : entre raison et émotions

BLOGUE. Même si le marché actuel est favorable aux vendeurs, le prix n’est pas toujours ...

À la une

Ottawa donne le feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain

Il y a 35 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau donne un autre feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.