La Caisse de dépôt s'apprête à revendre un gratte-ciel à Manhattan… à perte

Publié le 16/09/2010 à 14:01, mis à jour le 16/09/2010 à 15:52

La Caisse de dépôt s'apprête à revendre un gratte-ciel à Manhattan… à perte

Publié le 16/09/2010 à 14:01, mis à jour le 16/09/2010 à 15:52

Par Hugo Joncas

Le 1330, Avenue of the Americas abrite les bureaux new-yorkais du Financial Times. Photo : Bloomberg

La Caisse de dépôt et placement du Québec met en vente un gratte-ciel de 42 étages à Manhattan… et risque de perdre des dizaines de millions de dollars dans la transaction.

« Présentement, on est à la recherche de courtiers pour vendre le 1330, Avenue of the Americas », dit François Gaboury, porte-parole d’Otéra Capital, la filiale de prêts immobiliers de la Caisse.

Au printemps 2009, Otéra a forcé la vente de cette tour. Le propriétaire, Macklowe Properties, n’arrivait plus à lui rembourser le prêt subordonné que la société lui avait accordé lors de l’achat de l’immeuble, en 2006, pour 500 millions de dollars US.

Personne n’a voulu du gratte-ciel. Otéra l’a donc racheté pour 100 000 $ dans l’espoir de récupérer son investissement. Du coup, elle a aussi dû dire adieu à son prêt de 130 millions et rembourser à la Deutsche Bank l’hypothèque principale, d’une valeur de 240 millions. Elle a donc « payé » 370,1 millions pour le gratte-ciel, qui loge notamment les bureaux new-yorkais du Financial Times

Réparer les pots cassés

Aujourd’hui, la Caisse tente de récupérer une partie de la mise.

Quand sa filiale Otéra a récupéré le 1330, Avenue of the Americas, son taux d’inoccupation atteignait un catastrophique 31 %. Selon les données de la firme d’analyse du marché immobilier CoStar, à New York, la situation ne s’est pas améliorée beaucoup, avec un taux d’inoccupation de 24,7 % aujourd’hui.

Dans les circonstances, « Otéra a peu de chances de récupérer sa mise à court terme », dit Ben Thypin, analyste principal de marché chez Real Capital Analytics, une firme d’information immobilière à New York.

Pour obtenir son prix d’au moins 370 millions, l’immeuble devrait être « loué à plus de 90 % », estime-t-il. Le 1330, Avenue of the Americas compte 572 300 pieds carrés. Pour rembourser sa mise de 370 millions, Otéra doit donc obtenir un prix d’au moins 645 $ le pied carré pour cet immeuble, datant de 1965.

En 2010, tous les immeubles de tailles comparables vendus à plus de 450 $ le pied carré avaient des taux d’occupation de 89 % et plus, selon les données colligées par Real Capital Analytics.

Otéra précise que même si elle cherche présentement des courtiers pour vendre l’immeuble, elle n’est pas pressée de s’en débarrasser. « Ce n’est pas une vente de feu », dit François Gaboury.

Dans une entrevue avec Les Affaires, l’ancien premier vice-président, immobilier de la Caisse avait affiché un optimisme modéré, en décembre 2009, au sujet de cet investissement. « Otéra gère l'immeuble pour en tirer le maximum de valeur, avait dit René Tremblay. À ce jour, nous sommes un peu au-dessus de nos attentes. C'est clair que nous récupérerons une partie de notre prêt mezzanine là-bas. »

À la présentation des résultats annuels de la Caisse en février dernier, l’institution a annoncé qu’elle se retirait des prêts immobiliers dits « mezzanines », non adossés à des actifs. C’est précisément ce genre de prêt à haut risque qu’avait négocié Otéra avec Macklowe quand le promoteur a acheté l’immeuble, en 2006, pour une somme de 500 millions.

 

 

 


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.