Québec met en place une nouvelle grappe industrielle

Publié le 06/08/2018 à 13:22

Québec met en place une nouvelle grappe industrielle

Publié le 06/08/2018 à 13:22

Par La Presse Canadienne

[Photo: Dylan Gillis sur Unsplash]

Avec la future grappe de l'industrie de la construction, annoncée lundi à Montréal, Québec espère que les partenaires de l'industrie pourront davantage se parler et peut-être éviter des conflits comme celui qui a touché les grutiers, en juin.

La ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, a en effet confirmé la création d'une grappe industrielle pour l'industrie de la construction pour laquelle le budget de mars avait déjà prévu une somme de 1,4 million $ sur cinq ans.

Présents lors de l'annonce, plusieurs partenaires de l'industrie y ont vu une occasion prometteuse de dialogue, mais aussi de modernisation de l'industrie et d'innovation.

La ministre a dit croire que cette 11e grappe industrielle, qui verra officiellement le jour à l'hiver 2019, permettra entre autres d'améliorer la productivité de l'industrie, de mieux prendre le virage numérique, de faciliter les exportations et de mieux définir la formation.

C'est d'ailleurs une question de formation de la main-d'oeuvre qui avait été à la source du conflit avec les grutiers, en juin dernier. Interrogée à ce sujet, la ministre a dit croire que le fait que les partenaires discuteront déjà ensemble au sein d'une même grappe sera de nature à faciliter la compréhension mutuelle.

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.