L'effet baume de Timothy Geithner

Publié le 24/11/2008 à 00:00

L'effet baume de Timothy Geithner

Publié le 24/11/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne

Après deux séances de lourdes pertes, la bourse de New York a terminé en forte hausse vendredi en apprenant que le patron de la Réserve fédérale de New York, Timothy Geithner, serait le probable prochain secrétaire au Trésor. Barack Obama a annoncé sa nomination ainsi que celle de Lawrence Summers, un ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton et ex-président de l'Université de Harvard, à la tête du Conseil économique national.

La composition de l'équipe économique de M. Obama devrait donner des indications sur la stratégie économique du futur président et contribuer ainsi à dissiper ce que les marchés détestent le plus: l'incertitude.

Un des principaux intervenants dans la gestion de la crise financière, M. Geithner a aidé le secrétaire au Trésor Henry Paulson et son équipe à organiser le renflouement de Wall Street. "Avoir une nouvelle administration avec de nouveaux visages et de nouvelles idées et un Congrès qui la soutient fermement pourrait restaurer la confiance aussi vite qu'elle a disparu", estime Mark Zandi, chef économiste chez Moody's Economy.com.

Les autorités américaines ont déjà débloqué plus de 1.000 milliards de dollars (775,6 milliards d'euros) contre la crise financière, mais il n'est pas sûr que cela ait permis d'enrayer la spirale du déclin économique. Lors d'une récente interview à la chaîne CBS, M. Obama a estimé que si le plan de sauvetage de l'administration Bush n'a peut-être pas donné les résultats espérés, "les choses pourraient être pires". Reste que, à moins que la nomination de M. Geithner ne fasse des miracles, il semble peu probable que la situation puisse s'améliorer rapidement.

"Le système financier reste fragile et l'économie réelle va se dégrader avant d'aller mieux, cela suffit à expliquer l'extrême nervosité des marchés, explique l'économiste Alice Rivlin, une ancienne membre de l'administration Clinton, vice-présidente de la Réserve fédérale de 1996 à 1999.

Il semble en tout cas que le choix de M. Obama pour le poste de secrétaire au Trésor ne laisse pas indifférent. "J'ai des amis à la Fed de New York qui sont lyriques à propos Tim Geithner", souligne Lyle Gramley, ex-gouverneure de la Réserve fédérale aujourd'hui conseillère économique du Stanford Group. "Il est hautement estimé."

Mais M. Geithner a aussi ses détracteurs qui portent un regard critique sur son rôle dans les efforts de sauvetage menés par la Fed et le Trésor, dont certaines mesures ont suscité la controverse. Les audiences au Congrès sur sa confirmation devraient être "animées, avec des opposants déterminés qui poseront des questions sur son implication dans les décisions de la Fed de New York" sur l'assureur renfloué AIG, la banque d'affaires en faillite Lehman Brothers et ses concurrentes Goldman Sachs et Morgan Stanley, souligne Joshua Rosner, directeur du cabinet Graham Fisher à New York.

L'équipe de Barack Obama a annoncé dimanche qu'il concoctait un gigantesque plan de relance de l'économie allant bien au-delà des 175 milliards de dollars promis durant sa campagne, et qu'il espérait son adoption rapide au Congrès pour pouvoir le signer dès son entrée en fonctions le 20 janvier.

Les conseillers du président-élu ont refusé d'évaluer le montant de ce plan, alors que des économistes estiment nécessaire d'injecter jusqu'à 600 milliards de dollars pour ranimer l'économie. "Je ne sais pas quel sera son montant, mais ce sera un gros montant", a déclaré Austan Goolsbee, conseiller économique de M. Obama.

Le successeur-désigné de George W. Bush veut également que le prochain Congrès qui tiendra sa séance inaugurale le 6 janvier prépare des baisses d'impôts pour les bas et moyens revenus dans le cadre de ce plan.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Ă©nergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Les marchés sont-ils dangereusement chers?

23/08/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’investisseur qui a un horizon de plusieurs années devant lui devrait continuer de favoriser les actions

Transat: «Je ne me sens pas mal à l'aise du tout», dit Jean-Marc Eustache

23/08/2019 | Siham Lebiad

Le MÉDAC a remis en question les motivations des dirigeants de Transat d'approuver la proposition d'achat d'Air Canada.

Les actionnaires de Transat A.T. disent «oui» à l'offre d'Air Canada

Mis à jour le 23/08/2019 | La Presse Canadienne

Les actionnaires de Transat ont accepté dans une proportion de 94,77% l'offre d'Air Canada.