Contrats sans appels d'offres justifiés par «l'urgence»

Publié le 08/02/2013 à 16:47, mis à jour le 08/02/2013 à 17:13

Contrats sans appels d'offres justifiés par «l'urgence»

Publié le 08/02/2013 à 16:47, mis à jour le 08/02/2013 à 17:13

«Nous sommes en train de nous faire rouler avec ce décret», avait réagi la députée péquiste Marie Malavoy en novembre 2011, dans une entrevue au quotidien Le Devoir. Elle et son ancien collègue Sylvain Simard ont ouvertement milité pour la cause du logiciel libre ces deux dernières années, y voyant une source d’économies pour l’État québécois, qui doit renouveler les logiciels sur 500 000 postes dans la fonction publique.

Le décret numéro 1111-2011 donne au Centre des services partagés, le fournisseur des biens et services de l’appareil étatique, le droit de conclure, sous certaines conditions, des contrats de gré à gré pour l’acquisition de logiciels. Le décret favorise précisément Microsoft, Oracle Canada, McAfee, IBM Canada, Adobe et Symantec.

La dépendance de gouvernement à l’égard des multinationales de l’informatique est décriée par l’industrie du logiciel libre. Cyrille Béraud, président de l’entreprise Savoir-Faire Linux et de la Fédération québécoise des industries et communautés du libre a récemment été consulté par le président du Conseil du trésor Stéphane Bédard, qui annonçait en janvier son intention d’établir un plan d’action pour l’élargissement de l’utilisation du logiciel libre. Toutefois, l’entourage de M. Bédard est apparu à M. Béraud beaucoup plus favorable à Microsoft qu’au logiciel libre.

«Il y a tout ici pour faire du Québec un leader mondial du logiciel libre, estime M. Béraud, qui avait posé sa candidature à l’investiture péquiste dans Vimont l’an passé. Dans le privé, ça marche bien. Bombardier a pris le virage. Mais l’État, qui est le plus gros employeur au Québec, crée un univers hostile qui ne nous permet pas de créer plus de richesse.»

Le gouvernement de France, qui a pris le virage du logiciel libre, a réduit par dix les coûts de fonctionnement de ses applicatifs.

 

À la une

Enregistrer son écran peut maintenant être un achat local

LA TECHNO PORTE CONSEIL. Un joueur québécois du nom de Berrycast fait aussi dans l’enregistrement d’écran.

Les nouvelles du marché

Il y a 18 minutes | Refinitiv

Vaccination contre Omicron, BMO, croissance de l’emploi aux Etats-Unis, Didi sort du NYSE, et impôt minimum mondial.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour il y a 19 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Les marchés mondiaux rebondissent, légèrement rassurés sur Omicron. Le bitcoin se situe maintenant autour de 48 000 $US.