Budget Canada 2012 : l'âge de la retraite augmente à 67 ans

Publié le 29/03/2012 à 16:11, mis à jour le 29/03/2012 à 17:39

Budget Canada 2012 : l'âge de la retraite augmente à 67 ans

Publié le 29/03/2012 à 16:11, mis à jour le 29/03/2012 à 17:39

Bye bye, la retraite à 65 ans! Le gouvernement conservateur fait passer graduellement de 65 à 67 ans l’âge minimum pour obtenir la Pension de la sécurité de la vieillesse (PSV) et le Supplément de revenu garanti (SRG). De plus, Ottawa permet le report, sur une base volontaire, du versement de la PSV, en échange d’une bonification de celle-ci.

Ainsi, dans le but d’assurer la viabilité de la prestation de la PSV et du SRG, dont le coût passera de 38 G$ à 108 G$ de 2011 à 2030, le gouvernement conservateur instaure une hausse progressive de l’âge de la retraite. Celle-ci commencera à compter d’avril 2023 et s’achèvera en janvier 2029. L’augmentation n’aura aucune incidence pour les clients nés avant le 31 mars 1958, c’est-à-dire qui auront passé le cap des 54 ans à la fin de mars 2012.

Tous les clients nés le 1er février 1962 ou après, âgés aujourd’hui de 50 ans, devront attendre à 67 ans avant de pouvoir toucher à la PSV et au SRG. Les gens nés entre le 1er avril 1958 et le 31 janvier 1962, ou qui ont aujourd’hui entre 50 et 53 ans, pourront obtenir la PSV entre 65 ans et 67 ans, selon une formule progressive augmentant sur une base mensuelle. Par exemple, un client né en avril 1960 deviendra admissible à la PSV et au SRG lorsqu’elle aura 66 ans et 1 mois.

Notre couverture du budget fédéral 2012

À la une

Quel avenir pour les stations de ski?

Il y a 23 minutes | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «On peut s’attaquer au problème dès maintenant en s’adaptant et en se diversifiant.»

Un nouveau président chez Medisca, une première en 35 ans

Il y a 8 minutes | Emmanuel Martinez

La multinationale montréalaise se spécialise dans les solutions pharmaceutiques personnalisées.

Israël/Iran: pourquoi les cours du pétrole ne s'envolent-ils pas?

Il y a 26 minutes | AFP

Les exportations de pétrole de l'Iran sont notamment soumises à des sanctions internationales.