Un pari à prendre au sérieux : l'achat de XTO par Exxon

Publié le 18/12/2009 à 11:02

Un pari à prendre au sérieux : l'achat de XTO par Exxon

Publié le 18/12/2009 à 11:02

Par Jean-Paul Gagné

Blogue. « Si vous deviez être actionnaire d'une seule compagnie, ce devrait être d'ExxonMobil. » Sauf erreur, cette affirmation a été faite par Stephen Jarislowsky il y a quelques années.

 Ce guru du placement sait qu'ExxonMobil est une impressionnante machine à faire de l'argent. D'ailleurs, la plus grande société pétrolière au monde fait partie du portefeuille de Warren Buffett.

Voilà pourquoi, il ne faut pas prendre à la légère l'offre d'achat qu'Exxon vient de faire sur XTO Energy, un des plus importants producteurs de gaz naturel aux États-Unis. Une offre de 41 milliards de dollars $ US (G$) : 31 G$ en actions d'Exxon et prise en charge d'une dette de 10 G$.

C'est un pari qui a laissé plusieurs observateurs bouche bée puisque le prix du gaz naturel est très bas et que les réserves s'accumulent grâce à de nombreuses découvertes.

Mais les stratèges d'Exxon sont dans une classe à part, si bien que, même si l'on ne comprend pas trop, il est sûr que cette transaction a été longuement mûrie. Font partie des éléments à considérer les importantes réserves de gaz de XTO, la qualité de ses propriétés et le fait que le gaz est bon marché. Mais il y a plus. Le gaz est une ressource alternative au charbon, qui est beaucoup plus polluant.

Machine à faire de l'argent

Exxon est essentiellement une société pétrolière intégrée présente dans plusieurs pays, mais c'est surtout une machine à faire de l'argent pour ses actionnaires.

Quelques faits :

Au cours des trois dernières années (de 2006 à 2008), Exxon a récolté des bénéfices nets de 39,5 milliards de dollars (G$), 40,6 G$ et 46,2 G$ respectivement.

Qu'a-t-elle fait de ces profits ? Elle en a surtout fait profiter ses actionnaires : jugez-en par vous-mêmes: au cours de la même période, elle a racheté de ses propres actions pour 30 G$, 32 $ et 36 G$ respectivement et elle a payé des dividendes de 7,6 G$, 7,6 G et 8 G$.

En additionnant le tout, on constate qu'elle a redonné à ses actionnaires environ 121 G$ sur des bénéfices nets totaux d'environ 126 G$ et des fonds autogénérés de quelque 150 G$.

Or, pour la même période, elle n'a investi en exploration et dans ses propriétés que quelque 50 G$.

Et tout cela s'est fait en maintenant un bilan des plus solides. Exxon n'avait à la fin de 2008 que 7 G$ de dette à long terme, comparativement à un avoir propre de 113 G$ et un actif de 228 G$.

Impact sur l'industrie

Reste à voir l'impact qu'aura cette transaction sur l'industrie du gaz naturel.

En achetant XTO, Exxon a envoyé le signal que sa boule de cristal lui indiquait que le gaz naturel est une bonne affaire à long terme malgré la situation actuelle du marché. C'est ce qui explique que les actions d'autres grands producteurs comme Devon, Chesapeake Energy et Encana aient également monté.

D'autres sociétés pétrolières comme Chevron, Shell, ConocoPhillips, BP et Total se lanceront-elles à leur tour dans l'achat de sociétés gazières ? Il pourrait en résulter une consolidation de cette industrie au cours des prochaines années.

On avait crû en 2005 que l'achat de Burlington Resources par Conoco aurait pu déclencher une vague d'acquisitions de sociétés gazières par des compagnies pétrolières. Conoco avait payé 31 G$ pour ce producteur de gaz, alors que le prix du gaz était autour de 15 $ US le 1 000 pieds cubes (au lieu de 5,50 $ US aujourd'hui). Il n'en fut rien.

Certes, les investisseurs n'ont pas apprécié l'offre d'achat d'Exxon puisque sa capitalisation boursière a chuté de quelque 20 G$ depuis.

L'action d'Exxon s'échange actuellement à environ 68,75 $, soit à 16 fois son bénéfice net, ce qui n'est pas donné.

Mais son dividende donne un rendement de 2,5 %. Fait intéressant, le dividende d'Exxon a été augmenté de 5,7 % par année depuis 27 ans.

À la une

Cinq régions passent en zone orange

Mis à jour le 03/03/2021 | lesaffaires.com

Ce sont régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, de l’Estrie, du Centre-du-Québec.

Le Québec pourrait passer au orange, sauf dans le grand Montréal

Les yeux des régions en zone rouge sont ainsi tournés mercredi après-midi vers le premier ministre.

La COVID-19 a fait baisser l'espérance de vie au Québec

La hausse du nombre de décès enregistrés au Québec en 2020 est attribuée à la pandémie de COVID-19.