Un nouveau règlement menace de sortir de Wall Street les sociétés chinoises cotées

Publié le 02/12/2021 à 16:12

Un nouveau règlement menace de sortir de Wall Street les sociétés chinoises cotées

Publié le 02/12/2021 à 16:12

Par AFP

Les sociétés de Chine continentale et de Hong Kong sont connues pour ne pas soumettre leurs états financiers à des auditeurs agréés. (Photo: 123RF)

New York — L’autorité américaine de régulation des marchés financiers, la SEC, a adopté jeudi des amendements à son règlement qui l’autoriseront désormais à sortir de la cote les sociétés qui ne feront pas auditer leurs comptes par une société agréée, ce qui est le cas de toutes les sociétés chinoises présentes à Wall Street.

Ces amendements sont la déclinaison d’une loi votée en décembre 2020 au Congrès américain, le HFCAA, qui oblige une société cotée aux États-Unis à faire certifier ses comptes par un cabinet agréé par l’organisation comptable indépendante PCAOB.

Les entreprises cotées ou qui émettent de la dette aux États-Unis ont jusqu’à la fin de l’année 2022 pour se mettre en conformité avec ce nouveau règlement, a indiqué la Securities and Exchange Commission (SEC), dans un communiqué.

Les sociétés de Chine continentale et de Hong Kong sont connues pour ne pas soumettre leurs états financiers à des auditeurs agréés.

Le nouveau texte fait donc peser sur elles le risque d’une sortie de la cote et intervient alors que les autorités chinoises ont émis, ces derniers mois, des réserves à ce que des sociétés basées en Chine entrent en Bourse aux États-Unis.

Selon l’agence Bloomberg, les autorités chinoises auraient même demandé au «Uber chinois», Didi, de se retirer de Wall Street. 

Jeudi, le cours de l’action Alibaba a, lui, atteint son plus bas niveau depuis 4 ans et demi sur des rumeurs de sortie de la cote du géant chinois du commerce en ligne.

Quand elles s’introduisent à Wall Street, les entreprises chinoises n’y vendent pas des actions, car les investissements directs de capitaux étrangers au capital de ces groupes sont interdits par le gouvernement chinois.

Pour contourner cette interdiction, elles recourent à un double mécanisme complexe, appelé VIE côté chinois et ADR (ou ADS) côté américain, pour lever des capitaux sur la place new-yorkaise.

Concrètement, les investisseurs détiennent des parts d’une société miroir du groupe chinois concerné, les deux entités ayant des liens contractuels, mais pas capitalistiques, ce qui signifie que le détenteur d’un ADS n’est pas réellement actionnaire de l’entreprise principale.

Fin juillet, la SEC avait averti publiquement les sociétés chinoises cotées à Wall Street qu’elles devaient respecter leurs obligations d’information des investisseurs étrangers.

Le président de l’autorité, Gary Gensler, avait indiqué que ses services allaient examiner les documents déjà transmis par des sociétés cotées à Wall Street et possédant des «activités significatives en Chine».

Il avait aussi demandé à ses équipes de vérifier que toutes les sociétés chinoises cotées sur la place new-yorkaise fournissaient bien aux investisseurs une série d’informations.

Sur le même sujet

Furieux contre Pelosi, Pékin lance des missiles près de Taïwan et du Japon

04/08/2022 | AFP

Ils seraient tombés pour la première fois dans la zone économique exclusive japonaise.

Guerre en Ukraine: la situation sur le terrain au 161e jour

Mis à jour le 03/08/2022 | La Presse Canadienne

Le premier chargement de céréales ukrainiennes a été vérifiée et approuvée.

À la une

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

21/05/2022 | François Normand

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: Wall Street termine sans direction après les forts chiffres de l'emploi américain

Mis à jour le 05/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.