Santé mentale: une application pour prévenir le pire

Publié le 21/07/2014 à 14:38

Santé mentale: une application pour prévenir le pire

Publié le 21/07/2014 à 14:38

Par Dominique Froment

Au moyen de l’application Ginger.io, votre téléphone intelligent peut maintenant prévenir votre médecin ou votre psy que votre santé mentale chancèle. Et peut-être vous éviter de faire des bêtises.

En se basant sur l’analyse de santé comportementale, les fondateurs de Ginger.io estiment que les téléphones intelligents contiennent une foule d’informations révélatrices de l’état d’esprit des personnes atteintes de maladies mentales comme l’anxiété, la dépression ou les troubles bipolaires.

Les téléphones intelligents produisent des données comportementales significatives, comme nos déplacements, nos appels, nos textos, l’utilisation d’autres applications, etc. qui permettent de tracer le profil de l’utilisateur. «Des écarts importants dans ses habitudes de comportement peuvent signifier que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête», affirme le pdg et cofondateur de Ginger.io, Anmol Madan, cité par le site infohightech.com.

« Si quelqu’un est déprimé, par exemple, il s’isole, il a du mal à se lever pour aller à l’école ou au travail, il est léthargique et n’aime pas communiquer avec les autres comme il le fait habituellement, explique M. Madan. En analysant ces données, les capteurs du téléphone intelligent peuvent détecter ces changements de comportement.»

C’est le concept qui a mené à la création de l’application commerciale de Ginger.io, basée sur des années de recherche au Media Lab du MIT, qui est de plus en plus populaire dans l’industrie des soins de santé. En analysant les données mobiles, l’application peut détecter si un patient avec une maladie mentale comme la dépression, l’anxiété, les troubles bipolaires ou la schizophrénie agit «anormalement». Auquel cas, l’application peut envoyer un texto ou un courriel au patient et à son médecin ou à son thérapeute, qui peut prendre les mesures appropriées.

Actuellement, l’application est utilisée par des milliers de patients de plus de 25 établissements de soins de santé et des centres universitaires aux États-Unis, qui ont reçu plusieurs milliers d’alertes au cours des derniers mois.

La solution a également été utilisée dans la recherche. À l’Université de Californie à San Francisco, par exemple, l’application est utilisée pour observer le rôle que les données comportementales jouent dans les maladies cardiaques. Et avec le Centre médical Forsyth, en Caroline du Nord, Ginger.io étudie comment les données peuvent aider à discerner les différences de comportement chez les patients diabétiques.

Parce que si un patient diabétique devient déprimé, il peut cesser de prendre ses médicaments, avec les conséquences que l’on imagine. Mais avec l’application, une infirmière pourrait contacter le patient pour lui rappeler l’importance de continuer à prendre ses médicaments.

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Un juge recommande une interdiction partielle d'importations d'iPhone aux É-U

26/03/2019 | AFP

Apple et Qualcomm s’affrontent depuis plusieurs années à coup de procédures judiciaires sur plusieurs continents.

TikTok sanctionnée pour avoir collecté des données de mineurs

27/02/2019 | AFP

Elle va payer une amende de 5,7 millions de dollars aux États-Unis.

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.