Paperasse: elle coûte 50% plus cher aux entreprises du Québec que des États-Unis

Publié le 21/01/2013 à 07:50, mis à jour le 22/01/2013 à 11:28

Paperasse: elle coûte 50% plus cher aux entreprises du Québec que des États-Unis

Publié le 21/01/2013 à 07:50, mis à jour le 22/01/2013 à 11:28

Par Yannick Clérouin

Les entreprises canadiennes, et particulièrement celles qui mènent leurs activités au Québec, restent écrasées par la lourdeur administrative.

Selon une étude réalisée par KPMG pour le compte de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), la plupart des entreprises du Canada paient plus par employé que leurs homologues des États-Unis pour se conformer aux exigences réglementaires.

Selon le rapport de KPMG, qui donne le coup d'envoi à la quatrième Semaine de sensibilisation à la paperasserie au Canada, c'est dans la catégorie des petites entreprises (moins de 5 employés) que l'on constate le plus grand écart de coût.

Consultez notre site Productivité 202020 pour en connaître davantage sur cet enjeu

Pour se conformer à la réglementation gouvernementale, les entreprises de cette taille paient 45 % de plus par employé au Canada qu'aux États-Unis, soit 5 942 $ comparativement à 4 084 $. Au Québec, l'écart est encore plus prononcé: les petites entreprises déboursent annuellement 6 153 $, soit 50,6 % de plus que leurs comparables américaines.

La FCEI estime les coûts annuels de cette lourdeur à 31 G$ par an, un chiffre qui est resté relativement stable depuis que l’organisme qui défend les intérêts des entrepreneurs a commencé à estimer le coût de la réglementation en 2005.

Bonne nouvelle pour les PME du Québec, ce coût annuel est passé de 8 G$ en 2005 à 6,9 G$ en 2012.

L'équivalent d'un plan de relance de 9 G$

À la une

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

29/05/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.