Michel Lefebvre, l'homme derrière le masque

Publié le 02/10/2010 à 00:00, mis à jour le 15/10/2010 à 13:16

Michel Lefebvre, l'homme derrière le masque

Publié le 02/10/2010 à 00:00, mis à jour le 15/10/2010 à 13:16

Par Dominique Froment

Michel Lefebvre a commencé à patiner à 14 ans, un âge vénérable pour un Québécois. Plus lent que les autres sur ses patins, il s'est retrouvé devant le filet. Après quelques parties amicales, il pouvait néanmoins se vanter d'avoir une vraie culotte de gardien de but, qu'il avait lui-même confectionnée avec la machine à coudre de sa mère. Un talent qu'il tient probablement de son grand-père, tailleur de son métier.


Un peu avant d'atteindre la vingtaine, M. Lefebvre décide de se fabriquer un masque de gardien de but dans son sous-sol, à Terrebonne. Au milieu des années 1960, cet équipement de protection est encore très peu utilisé par les cerbères. " Des gars avec qui je jouais dans une ligue de garage m'ont demandé de leur en faire un ", indique M. Lefebvre.


Puis, des jeunes lui ont aussi demandé de leur faire un masque. Certains d'entre eux se sont retrouvés plus tard dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et quelques-uns même dans la Ligue nationale de hockey. Comme Richard Sévigny, du Canadien, le premier à porter un masque Lefevre (la marque de commerce a laissé tomber le " b ") dans les grandes ligues. Michel Larocque, à Montréal, et Michel Dion, à Pittsburgh, ont suivi.


" Je leur fabriquais un masque sur mesure, explique M. Lefebvre, 62 ans. Au début, ils étaient en fibre de verre. Maintenant, ils sont en kevlar. "


Un accident de travail aux conséquences heureuses.Jusqu'au milieu des années 1980, la fabrication de masques n'est qu'un passe-temps pour M. Lefebvre. Jusqu'à ce qu'il subisse un accident de travail qui ne lui permet plus d'exercer son métier de plombier. Après quelques mois de réflexion, il décide de mettre sa passion à profit et de créer E.G.B Michel Lefebvre, en 1987. " Comme les masques seuls ne pouvaient me faire vivre, j'ai commencé à fabriquer des jambières de gardien de but ", précise M. Lefebvre. La première paire a été pour son fils Patrick, maintenant vice-président, production. Sa fille Véronic est également directrice de l'exploitation de la PME familiale, qui emploie 19 personnes.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

La conviction d'investir à long terme

BLOGUE INVITÉ. Investir peut ressembler à un tour de montagnes russes. Il est important de tenir le coup.

Will.i.am investit dans la montréalaise Stradigi AI

23/05/2019 | Martin Jolicoeur

«Nous voulons devenir un acteur majeur de l’industrie mondiale de l’IA», affirme son président.

La rémunération des patrons a augmenté de 800 000 $ US aux États-Unis

Il y a 19 minutes | La Presse Canadienne

Leur salaire a grimpé de sept pour cent l’an dernier.