Le PIB des États Unis pour le 2e trimestre est légèrement révisé à la hausse à 6,7%

Publié le 30/09/2021 à 13:36

Le PIB des États Unis pour le 2e trimestre est légèrement révisé à la hausse à 6,7%

Publié le 30/09/2021 à 13:36

Par La Presse Canadienne

Les importations ont augmenté à un taux annuel de 7,1% au deuxième trimestre. (Photo: La Presse Canadienne)

Washington — L’économie américaine a progressé à un rythme annuel de 6,7% d’avril à juin, a annoncé jeudi le département du Commerce, améliorant légèrement son estimation de la croissance du deuxième trimestre face à une résurgence de COVID-19.

L’estimation finale du gouvernement de la croissance au deuxième trimestre était en hausse par rapport à son estimation précédente, qui faisait état d’une croissance annualisée de 6,6%. Le deuxième trimestre marquera probablement un point culminant pour l’expansion de l’économie cette année, alors que le virus ralentit certaines activités, que les programmes de soutien du gouvernement prennent fin et que les problèmes de chaîne d’approvisionnement persistent.

Le rapport de jeudi a montré que le produit intérieur brut du pays, sa production totale de biens et de services, avait accéléré par rapport à sa croissance annuelle de 6,3% des trois premiers mois de l’année.

Un facteur clé dans l’estimation de la croissance révisée pour le trimestre d’avril à juin était un niveau légèrement plus élevé des dépenses de consommation, qui représentent environ 70% de l’activité économique. Les dépenses de consommation ont augmenté à un taux annuel de 12%, enregistrant leur expansion la plus rapide depuis la poussée du troisième trimestre de l’année dernière, lorsque l’économie a commencé à rouvrir.

Des ventes à l’exportation plus solides ont également contribué à l’augmentation des estimations de croissance pour le deuxième trimestre. Les exportations ont augmenté à un taux annuel de 7,6% après avoir diminué au premier trimestre. L’investissement en équipement des entreprises était également en hausse par rapport à l’estimation précédente du gouvernement, progressant à un solide taux de 12,3%.

Ces gains ont été en partie contrebalancés par une augmentation plus marquée des importations, ce qui nuit à la croissance économique. Les importations ont augmenté à un taux annuel de 7,1% au deuxième trimestre.

Le rapport a montré qu’une mesure de l’inflation liée au PIB qui exclut les coûts volatils de l’énergie et des aliments a augmenté à 3,4 % au cours de la dernière année. C’est la hausse de prix la plus rapide depuis 1991, et celle-ci est largement supérieure à l’objectif de la Réserve fédérale des États-Unis, qui vise une inflation annuelle de 2,0%.

Au cours du premier semestre de l’année, l’économie a été stimulée par un vaste soutien fédéral, des milliards de $US de paiements de relance individuels, une augmentation de l’aide au chômage et une aide aux petites entreprises.

Maintenant, dans un contexte où ces programmes se terminent ou ont déjà expiré et où la propagation du variant Delta a découragé certaines personnes de prendre l’avion, de magasiner et de manger au restaurant, la plupart des économistes estiment que la croissance aura ralenti pendant la période de juillet à septembre. La plupart ont estimé une croissance annualisée d’environ 4 % pour le trimestre en cours.

Pour l’ensemble de 2021, un panel de prévisionnistes de la National Association for Business Economics a prévu une croissance de 5,7%. Cela marquerait un solide rebond par rapport à une baisse de 3,4% de l’année dernière, lorsque l’économie était en proie à la pandémie. Et cela représenterait la croissance la plus robuste pour une année civile depuis celle de 7,2% enregistrée en 1984, alors que le pays sortait d’une profonde récession.

 

Sur le même sujet

La santé publique fédérale derrière l'«erreur» sur la règle pour les camionneurs

La confusion concernant l'exemption de vaccination des camionneurs a été causée par une mauvaise interprétation.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour à 17:15 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.

À la une

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour à 17:15 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru? Voici quelques recommandations d’analystes.