La Régie des alcools pourrait superviser le commerce du pot, croit Wynne

Publié le 14/12/2015 à 16:24

La Régie des alcools pourrait superviser le commerce du pot, croit Wynne

Publié le 14/12/2015 à 16:24

(Photo: LesAffaires.com)

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, trouve tout à fait sensée l'idée que la vente légalisée de la marijuana soit confiée aux magasins des alcools exploités par le gouvernement.

Dans son Discours du Trône, au début du mois, le nouveau gouvernement libéral fédéral a indiqué qu'il était déterminé à respecter son engagement de légaliser la marijuana, tout en conservant une mainmise sur la réglementation et le contrôle de ce commerce.

Kathleen Wynne a estimé lundi que la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) dispose de l'expertise et de l'expérience requises pour que le commerce de marijuana s'exerce de façon responsable. En misant sur le réseau de distribution de la régie, «ça aurait beaucoup de sens» estime Mme Wynne. D'ailleurs, a-t-elle rappelé, d'autres provinces ont déjà évoqué cette possibilité.

Au Québec

Au Québec, Les 5500 membres du syndicat des employés de la Société des alcools du Québec verraient d'un bon oeil que ce produit soit vendu dans les succursales de la SAQ. Ils ont même commandé récemment à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) une étude sur ce sujet. « Le débat public s’amorce, il est normal que nous n’agissions pas dans la précipitation », a précisé à l'Action Alexandre Joly, président du syndicat.

« Ils en ont discuté et le constat actuel, c’est qu’il nous manque des informations pour prendre une décision éclairée, complète Marc-André McSween, vice-président du SEMB-SAQ (CSN). Nous voulons connaître l’ensemble des éléments avant de poursuivre.» Mais il ajoute tout de même: «Nous sommes farouchement opposés à la privatisation et à la libéralisation du marché des produits de l’alcool, il est normal que nous voyions d’un bon œil le recours au public.» 

« Ce sont les membres qui auront le dernier mot, ils recevront l’ensemble des informations pertinentes, ils en discuteront et ultimement, prendront position », conclut Alexandre Joly toujours dans l'Action.

La Colombie Britannique prend les devants

Si la SAQ québécoise n'a donc pas encore pris officiellement position, ce n'est pas le cas de la Colombie Britannique où le Syndicat des employés de service du gouvernement et l'Association des magasins privés d'alcool ont officiellement demandé à ce que la marijuana soit vendue uniquement dans les liquor store de la Province.

«Nous pensons que c'est une opportunité incroyable pour la Colombie Britannique, a déclaré à CBC Stephanie Smith, la présidente du B.C. Government and Service Employees' Union (BCGEU). Nous avons d"excellents résultats en matière de distribution d'alcool.»

Un moratoire fédéral?

Alors qu'ils étaient dans l'opposition, les libéraux fédéraux de Justin Trudeau ont promis il y a plus d'un an de légaliser le pot, tout en resserrant l'accès pour éviter le commerce aux mineurs. Les conservateurs ont ensuite soutenu, dans des publicités, que grâce aux libéraux, des enfants pourraient acheter du cannabis au dépanneur du coin.

La militante pour la légalisation Jody Emery et son célèbre époux Marc Emery souhaitent que le premier ministre Trudeau décrète dès maintenant un moratoire sur les arrestations liées à la possession simple de marijuana, en attendant que le gouvernement élabore sa stratégie.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, avec l’espoir d’une Fed moins radicale

Mis à jour à 18:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.À Toronto, la Bourse reste stable, malgré une baisse du secteur de l'énergie et des métaux de base.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:54 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

Turquoise Hill chute à Toronto après son rejet de l'offre de Rio Tinto

Les actions de Turquoise Hill ont baissé de 3,49$ pour atteindre 30,05$ à la clôture à la Bourse de Toronto.