L'industrie du mariage frappée de plein fouet par la COVID-19

Publié le 22/06/2020 à 12:16

L'industrie du mariage frappée de plein fouet par la COVID-19

Publié le 22/06/2020 à 12:16

Par Olivier Schmouker

Une union souvent reportée à «une date ultérieure»... (Photo: Nathan Walker/Unsplash)

Au Québec, il y a eu cette année une chute du nombre de mariages de 25% en mars et de 50% en avril, par rapport à la moyenne de 2010 à 2019, selon des données encore préliminaires de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Ainsi, même si l’on peut anticiper une certaine reprise plus tard dans l’année, on peut d’ores et déjà considérer que l’année 2020 se terminera par une diminution «significative» du nombre de mariages, dont l’ampleur exacte est toutefois difficile à avancer.

Parmi les mesures prises au Québec en mars pour contrer l’expansion de la COVID-19 se trouvaient d’importantes contraintes pour les rassemblements publics. Comme les mariages revêtent un caractère social et festif, avec une cérémonie rassemblant de nombreux parents et amis, il est devenu, du jour au lendemain, nettement plus complexe qu’à l’habitude d’organiser un tel événement.

Résultat? Nombre de couples ont dû reporter ou annuler leur mariage ou leur union civile. D’autres demeurent dans l’attente et l’incertitude, ne sachant pas vraiment quel moment sera le plus favorable à cet égard; certains couples ont reporté la date à l’automne 2020, d’autres carrément à l’été 2021.

En temps normal, 15% des mariages sont célébrés entre les mois de mars et de mai, et un peu plus de 60% entre juin et septembre - période de l’année jugée par l’industrie comme la «haute saison» des mariages.

Est-ce qu’en contrepartie l’année 2021 enregistrera une hausse marquée en raison des cérémonies reportées qui s’ajouteront à celles déjà prévues? Est-ce qu’au contraire certains couples suspendront leur projet d’union pour un temps indéterminé, voire l’annuleront à tout jamais? «La réponse à ces interrogations dépendra de la durée de la crise sanitaire, de l’évolution de la situation économique et de la capacité de l’industrie du mariage à répondre à la demande», estime Anne Binette Charbonneau, l’auteure de l’étude «Les mariages au Québec en 2019» de l’ISQ.

 

Sur le même sujet

COVID-19: les États-Unis «prêts» à vacciner les enfants de 5-11 ans

Il y a 33 minutes | AFP

La Maison Blanche a dévoilé mercredi son plan pour commencer dès le mois prochain la vaccination des enfants.

Pandémie: craintes de conséquences pour les patients vivant avec une MCV

La pandémie auraient eu comme effet de ne pas permettre aux patients vivant avec une MCV d'avoir les soins nécessaires.

À la une

Bourse: Wall Street ouvre en petite hausse

Mis à jour il y a 27 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture au dessus des 21 000 points pour une première fois.

Titres en action: CGI, Nestlé, ASML, Akzo Nobel, Wendel, Sartorius Stedim Biotech

08:41 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour à 07:56 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Hésitation sur les marchés, concentrés sur les prix et les résultats d'entreprises. Le bitcoin en petite baisse.