Gildan propose d'acheter la marque de vêtements American Apparel

Publié le 14/11/2016 à 13:34

Gildan propose d'acheter la marque de vêtements American Apparel

Publié le 14/11/2016 à 13:34

Par La Presse Canadienne

(Photo: Getty)

Le fabricant de vêtements Gildan désire ajouter American Apparel à son portefeuille bien garni, qui comprend déjà les marques Anvil, Gold Toe ainsi que Comfort Colors.


L'entreprise a conclu une entente visant à acquérir, pour 66 millions $US, la marque de cette entreprise fondée par 1989 par le montréalais d'origine Dov Charney et qui vient de se placer à l'abri de ses créanciers pour une deuxième fois en un peu plus d'un an en vertu du chapitre 11 de la Loi sur les faillites aux États-Unis.


«American Apparel a une solide réputation auprès du public, a expliqué le vice-président aux communications de Gildan, Garry Bell, au cours d'un entretien téléphonique, lundi. Avec la force de notre réseau de distribution, nous croyons pouvoir générer de la valeur.»


Confrontée à une baisse de ses ventes, à l'instar de plusieurs détaillants du secteur de la mode, American Apparel s'était placée sous la protection de ses créanciers pour une première fois en octobre 2015. La restructuration mise de l'avant quelque mois plus tard n'a toutefois pas semblée suffisante pour permettre aux créanciers de la société de se renflouer. 


Dans le cadre de sa proposition, la multinationale montréalaise mettrait également la main sur les baux de deux usines californiennes et un centre de distribution. Elle détient cependant l'option de retirer ces actifs de son offre. Gildan (Tor., GIL) n'achètera aucun des magasins exploités par la chaîne établie à Los Angeles, connue entre autres pour ses publicités lascives.


La société devra toutefois encore patienter avant de savoir si elle peut ajouter la marque American Apparel à son portefeuille, puisque l'entreprise américaine pourrait tenir des enchères afin de se délester de ses actifs.


«Gildan dispose de l'option d'égaler toute offre, a expliqué M. Bell. Si le processus avorte, il y aura notamment une indemnité de rupture ainsi que le remboursement de certaines dépenses.»


American Apparel avait la particularité de fabriquer ses vêtements prêt-à-porter aux États-Unis, une approche que Gildan envisage de «maintenir», affirme M. Bell.


«La continuité est très importante, a-t-il dit. Nous reconnaissons la valeur de la marque.»


Keith Howlett, de Desjardins Marchés des capitaux, avance plutôt l'hypothèse que certains produits populaires soient toujours fabriqués à Los Angeles, mais que Gildan délocalise une partie de la production vers ses usines à faibles coûts du Mexique et de l'Amérique centrale. 


La plupart des analystes financiers ont accueilli favorablement l'offre de Gildan pour American Apparel, soulignant que cette marque bien connue viendra renforcer son secteur des vêtements imprimés. 


«Cette acquisition génèrera de nouvelles occasions de revenus grâce au réseau de distribution de Gildan en Amérique du Nord et à l'international, ce qui devrait accroître la présence d'American Apparel», écrit Neil Linsdell, de Valeurs mobilières Industrielle Alliance, dans un rapport. 


En plus d'avoir éprouvé d'importantes difficultés au chapitre de son modèle d'affaires, American Apparel est poursuivi pour diffamation par M. Charney. Celui-ci a été congédié en 2014 dans la foulée d'allégations d'inconduite sexuelle.


À la Bourse de Toronto, en milieu de séance, l'action de Gildan se négociait 34,94$, en hausse de 82 cents, ou 2,4%.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

American Apparel s'apprête à reprendre du service

Un an après sa faillite et sa fermeture, AA réintégrera jeudi le marché canadien avec une boutique en ligne.

10 choses à savoir jeudi

Gildan se moque des partisans du «Made in USA»; comment Buffett aide ce sportif déchu ou encore l'Airbnb des piscines...

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.