Le Décathlon de Brossard sera une entreprise libérée

Offert par Les Affaires

Publié le 12/04/2018 à 12:32

Le Décathlon de Brossard sera une entreprise libérée

Offert par Les Affaires

Publié le 12/04/2018 à 12:32

Par Diane Bérard

«Je crois que c'est à chaque équipe de trouver localement la solution qui a plus de sens pour rendre le sport accessible à tous», selon Nicolas Roucou, le DG de Décathlon (au centre de la photo)

Le choix contre-intuitif d'un centre commercial en difficulté pour marquer son entrée sur le marché canadien n'est pas la seule particularité du Décathlon qui ouvrira ses portes à la fin du mois d'avril. Le premier magasin canadien du géant mondial de l'équipement sportif sera une entreprise libérée. Entrevue avec le responsable pour le Canada, Nicolas Roucou.

Les Affaires: chaque DG national Décathlon choisit son modèle d'entreprise. Pour le Canada, vous souhaitez implanter l'entreprise libérée. De quoi s'agit-il ?

Nicolas Roucou: Il existe de nombreuses déclinaisons, mais elles ont toutes un point commun : le système hiérarchique classique est remplacé par une structure horizontale où les collaborateurs s'autodirigent.

Est-ce votre première expérience d'entreprise libérée ?

Non, j'ai mené des expérimentations alors que j'étais directeur industriel de Décathlon. Par exemple, mes équipes choisissaient elles-mêmes leurs nouveaux collaborateurs.

L'entreprise libérée demeure un modèle expérimental. Pourquoi aller dans cette direction ?

D'abord, parce que j'y crois, et un leader doit incarner ses convictions. J'estime que le travail doit s'adapter aux humains et non l'inverse. Ensuite, les entreprises qui ne basculeront pas vers ce modèle seront en difficulté parce que les nouvelles générations ont besoin de liberté. Enfin, pour des raisons de responsabilité sociale. Notre première responsabilité sociale est envers nos employés. Et le modèle d'entreprise libérée est celui qui génère le plus de bonheur au travail.

Pour vous, la stratégie numérique doit servir le sens d'une entreprise au même titre que les autres décisions. Qu'avez-vous décidé pour Décathlon Canada ?

Pour le Canada, ma volonté est de redonner de la place aux êtres humains. J'investis d'abord dans la rencontre entre des utilisateurs sportifs et des passionnés, à l'aide de zones de pratique. J'aurais pu venir chez vous avec un modèle d'affaires incluant un entrepôt et la vente par Internet. C'est un modèle intéressant sur le plan économique. Toutefois, je ne le trouve pas intéressant sur le plan humain. Il ne crée pas d'emplois. Il ne crée pas de relation entre des sportifs passionnés.

 

Extrait de l'entrevue

«Le Quartier DIX30 n'a pas besoin de Décathlon.
Le Mail Champlain, oui
»



image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Deux nouveaux magasins en sept jours pour Décathlon

11/09/2019 | Martin Jolicoeur

Après son ouverture de Québec, le détaillant français fera ses premiers pas en territoire ontarien.

Decathlon s'amène à Boisbriand; la concurrence s'intensifie

10/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après Brossard, la multinationale française s'apprête à attaquer le marché de la rive-nord de Montréal.

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

11:53 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.