Le Bourget s'ouvre avec d'importantes commandes pour Airbus et Boeing

Publié le 17/06/2013 à 06:43

Le Bourget s'ouvre avec d'importantes commandes pour Airbus et Boeing

Publié le 17/06/2013 à 06:43

Par AFP

Airbus a obtenu des commandes pour son appareil A320Neo, qui rivalise avec le CSeries. Photo: Bloomberg

Le salon du Bourget a ouvert ses portes lundi matin, sous de violentes trombes d'eau, pour une cinquantième édition qui a vu d'entrée s'affronter les deux géants mondiaux de l'aéronautique, Airbus et Boeing, à coup de commandes se chiffrant en milliards de dollars.

Airbus a frappé fort d'entrée de jeu en annonçant un énorme contrat --qui reste à confirmer-- de 20 superjumbos A380 pour la compagnie de leasing Doric, pour un prix catalogue d'environ 8 milliards de dollars. L'avionneur européen a aussi reçu une importante commande de 50 A320neo de son meilleur client, le loueur ILFC, chiffrée à environ 5 milliards de dollars.

En face, peu avant 11H30, Boeing avait annoncé une commande de 4 Boeing B737 MAX de la part de la compagnie japonaise Skymark, pour environ 400 millions de dollars et de 10 long-courriers B787 Dreamliner de la part de la compagnie de leasing Gecas pour environ 2,9 milliards de dollars.

Si les affaires étaient au beau fixe, la première matinée de la grande foire de l'aéronautique mondiale a été perturbée par des intempéries.

"Alerte météo pour la prochaine demi heure avec risque de grêle et rafales de vent de 80 à 100 km/h", annonçait le speaker vers 09H00 (07H00 GMT) pour prévenir les exposants, plongés dans une pénombre hivernale.

En conséquence, le vol d'inauguration en présence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault (Airbus A380, A400M, Dassault Rafale, Falcon), a été reporté à la mi-journée, vers 12h30 (10H30 GMT), contre 10H30 prévu initialement.

Pour le reste de la journée, une météo "tout à fait acceptable" est attendue et le programme de vol de l'après-midi pour l'instant maintenu, selon l'organisation.

Avant même d'annoncer de premiers contrats commerciaux, Airbus avait fait monter la pression sur son rival américain, en effectuant vendredi avec succès le premier vol d'essai de son futur avion A350, démontrant qu'il était bel et bien une alternative aux Boeing 787 et 777.

Airbus prévoit même un survol du salon aéronautique en fin de semaine avec cet avion de nouvelle génération, composé à 53% de matériaux composites, dont l'entrée en service est prévue pour fin 2014.

Boeing évalue la demande pour les long-courriers à 8.490 avions (2.470 milliards de dollars) dans les 20 prochaines années. L'enjeu commercial est donc de taille pour les avionneurs qui n'hésitent pas à proposer des prix au rabais pour attirer les compagnies.

"Formidable compétition"

Chez Boeing, l'heure n'est toutefois pas à l'affolement. "Je crois que ça va être l'occasion d'une formidable compétition et nos clients vont en profiter", a sobrement déclaré Ray Conner, le patron de la division aviation commerciale de Boeing, juste avant l'ouverture du salon.

Et pour prouver sa sérénité, il fera même voler dans le ciel parisien son Dreamliner dont les problèmes de surchauffe de batteries lui ont valu trois mois d'interdiction de vol en début d'année.

Boeing devrait également annoncer le lancement commercial, avec commandes à l'appui, de la plus longue version du Dreamliner, le 787-10.

L'avionneur de Seattle, qui travaille parallèlement au lancement de nouvelles versions de la famille des 777, menacée par l'arrivée de l'A350, entend offrir un large choix d'appareils aux compagnies clientes.

Bombardier aurait lui aussi besoin d'annoncer des commandes pour son CSeries, un petit moyen-courrier avec lequel il veut s'attaquer aux 737 de Boeing et A320 d'Airbus. L'appareil qui doit effectuer son premier vol à la fin juin n'a recueilli jusqu'à présent que 145 commandes fermes et le secteur reste sceptique sur son succès commercial.

Le constructeur brésilien Embraer devait officialiser lundi le lancement de sa nouvelle génération de jets régionaux, une famille baptisée E2 offrant plus de sièges.

Les constructeurs russes, qui préparent également un moyen-courrier, vont surtout montrer pour la première fois à l'étranger l'avion de combat Sukhoi-35 et l'hélicoptère Kamov-52 Alligator.

Leurs démonstrations alterneront avec celles des hélicoptères de combat européens Tigre, qui se livreront à un simulacre de duel aérien.

Les visiteurs découvriront aussi le Neuron de Dassault Aviation, précurseur d'un drone de combat européen qui sera exposé sous une bulle, pour protéger ses secrets.

Le salon mettra par ailleurs en lumière les initiatives écologiques du secteur. EADS, maison-mère d'Airbus a présenté un avion-école à propulsion électrique.

Le salon sera ouvert au public du 21 au 23 juin après avoir accueilli les professionnels du secteur. Au total, 350.000 visiteurs sont attendus cette semaine.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Les investissements miniers progressent 7% en 2018

14/11/2019 | François Normand

L'Association minière du Québec s’inquiète toutefois de la réduction des dépenses d'exploration.

Immobilier: le Québec termine l'année en force

14/11/2019 | Les Affaires - JLR

BLOGUE INVITÉ. À Montréal, l’ajout de nouvelles unités peine à répondre à la demande, ce qui fait grimper les prix.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.