Entretien d'avions: cette PME de Longueuil franchit une étape

Publié le 13/06/2017 à 15:38

Entretien d'avions: cette PME de Longueuil franchit une étape

Publié le 13/06/2017 à 15:38

Par La Presse Canadienne

Photo: 123rf.com

Le groupe qui souhaite mettre sur pied un centre d'entretien d'avions, dont ceux de la CSeries de Bombardier (Tor, BBD.B) à proximité de l'aéroport Saint-Hubert de Longueuil a franchi une nouvelle étape dans ses démarches.

Pro Maintenance Aviation (PMA) a reçu la confirmation mardi que le gouvernement Couillard lui octroyait 100000$ afin de financer une étude de faisabilité, dont la facture est estimée à 300000$.

Jusqu'à présent, 160000$ ont été recueillis, selon le porte-parole du dossier et représentant de l'Association des anciens travailleurs des centres de révision d'Air Canada, Jean Poirier. Développement économique de l'agglomération de Longueuil a déjà confirmé sa participation au projet et PMA continue de solliciter des partenaires du secteur privé pour compléter le montage financier.

PMA désire profiter des visées de l'aéroport de Saint-Hubert, qui veut renforcer sa vocation commerciale, pour effectuer la maintenance des appareils, a indiqué M. Poirier.

«Québec envoie le message au secteur de l'aéronautique qu'il croit au projet et au développement de l'aéroport, a dit M. Poirier, au cours d'un entretien téléphonique. C'est un excellent message.»

Celui-ci était à Ottawa mardi pour solliciter les élus fédéraux sur le montant de 50000$ qu'il souhaite recueillir.

À terme, ce centre d'entretien pourrait ajouter des activités à son offre, comme la révision générale d'avions. Cela lui permettrait de convoiter, par exemple, l'entretien lourd des 45 CS300 commandés par Air Canada (Tor., AC) à Bombardier, mais également d'appareils à fuselage étroit comme des Airbus 319, 320 et 321, ainsi que des Boeing 737.

Même s'il faut continuer à réunir des fonds, PMA, qui a retenu les services du cabinet Mallette, affirme que les démarches dans le cadre de l'étude de faisabilité devraient débuter au cours des deux prochaines semaines.

En 2015, Ottawa avait annoncé un investissement de 17M$ sur trois ans à l'aéroport Saint-Hubert, notamment pour la remise à neuf de la piste principale.

Alors qu'Aéroports de Montréal s'attend à ce que le trafic annuel puisse franchir la barre des 20 millions de passagers à l'aéroport international Montréal-Trudeau, M. Poirier voit Saint-Hubert devenir un acteur important du transport régional _ un peu comme l'aéroport Billy Bishop, à proximité du centre-ville de Toronto.

En annonçant sa commande à Bombardier, Air Canada s'était engagée à effectuer l'entretien lourd de ses CSeries dans la province. La maintenance des moteurs aura lieu aux États-Unis. L'été dernier, le transporteur avait octroyé un contrat de 15 ans à Pratt & Whitney, le fabricant du moteur du nouvel avion commercial de Bombardier.

À la une

Quels sont les détaillants qui vous font sentir en sécurité?

Peu d’entre eux auraient pourtant fait preuve de réelle innovation dans leur façon de s’approprier les consignes.

Bourse: comment s'inspirer des plus grands investisseurs de l'histoire

BALADO. François Rochon commente les philosophies de Philip Fisher, Peter Lynch, Benjamin Graham et Warren Buffett.

À surveiller: Banque Nationale, Saputo, Stingray

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Saputo et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.