Autre journée difficile en vue pour Bombardier

Publié le 04/10/2017 à 16:37

Autre journée difficile en vue pour Bombardier

Publié le 04/10/2017 à 16:37

Une autre journée difficile s’annonce demain pour Bombardier alors que les autorités américaines doivent rendre une deuxième décision la concernant dans le litige qui l’oppose à Boeing.

Après lui avoir imposé des droits compensateurs la semaine dernière, Washington doit maintenant se prononcer sur les accusations de dumping qui pèsent contre Bombardier. Le verdict, d’abord annoncé pour aujourd’hui, sera finalement rendu demain après-midi, a appris Les Affaires.

Dans sa plainte, l’avionneur américain réclamait l'imposition par les États-Unis d'un droit compensateur de 79,41% sur la vente de tout avion Bombardier de gamme CSeries aux États-Unis. La décision du département du commerce américain se sera finalement avérée bien pire, avec l’imposition de droits compensateurs de 219,63%.

Demain, Washington doit rendre une décision concernant cette fois les accusations de dumping déposées ce printemps par Boeing contre Bombardier, qu’elle accuse de concurrence déloyale. Boeing prétend que dans le cadre de sa première commande de 75 avions CS100, Delta Air Lines s’est vu offrir un prix d’aubaine de 19,6 M$US par avion, soit en-deçà de coûts d’environ 30 M$US, apparemment requis pour sa construction.

Pour ce qu’elle estime être du dumping, Boeing suggère aux autorités américaines l’imposition de droits antidumping de 79,82 %. Quelle sera la réponse du département de commerce américain? Compte tenu de la surprise de la semaine dernière, rares se risquent aux prévisions.

C’est le cas notamment de Bombardier qui, on le comprendra, a poliment décliné par courriel notre demande de commentaire. Toujours soufflé par le niveau de taxation imposé par Washington la semaine dernière, le représentant des employés syndiqués de l’entreprise se montre tout aussi prudent.

En entrevue, David Chartrand, coordonnateur québécois de l’Association internationale des machinistes et travailleurs de l’aéronautiques (AIMTA) a dit à Les Affaires, espérer une réponse «plus raisonnable» que la semaine dernière, tout en craignant que la prochaine décision des autorités américaines aille dans le même sens que celle de la semaine dernière.

«Avec le gouvernement de Donald Trump au pouvoir, a-t-il dit, il est difficile d’imaginer une décision qui rejetterait la plainte de Boeing. J’espérerais la réalité différente. Mais dans le contexte actuel, il est difficile de prévoir un scénario différent.»

À la Bourse de Toronto, l’action de Bombardier a progressé de 1,37% aujourd’hui pour clôturer à 2,22$. Depuis un moi, l’action a perdu 0,28$ ou 11,34% de sa valeur.

Pour sa part, le titre de Boeing a progressé de 0,30$US aujourd’hui, ou de 0,12%, pour clôturer à 255,76$US à la Bourse de New York. Au cours des trente derniers jours, son titre a progressé de 6,30% ou de 15,13$US.

À la une

Discours d’ouverture: un avant-goût de 2022

Il y a 10 minutes | Raphaël Melançon

BLOGUE INVITÉ. Au menu pour la CAQ: la santé, l’économie, les familles, la fierté nationale et même l’environnement.

Pour accroître l'accès à un médecin de famille: Legault menace de brandir le bâton

Il y a 16 minutes | La Presse Canadienne

800 000 Québécois sont présentement sur une liste d’attente

Quatre mythes sur la gouvernance de données

La gouvernance des données s’impose de plus en plus, mais le concept semble avoir engendré quelques mythes au passage.