VW Passat 2012: une voiture conçue pour plaire aux Américains

Publié le 26/07/2011 à 16:58, mis à jour le 27/07/2011 à 13:21

VW Passat 2012: une voiture conçue pour plaire aux Américains

Publié le 26/07/2011 à 16:58, mis à jour le 27/07/2011 à 13:21

Par Michel Crépault

Ferdinand Piëch, le grand patron de Volkswagen, le répète partout : son tentaculaire groupe deviendra le constructeur numéro un au monde d’ici 2018. Que cet objectif comporte des risques, comme pourraient en témoigner General Motors et Toyota, ne semble pas l’émouvoir. Pour arriver à ses fins, Herr Piëch devra veiller notamment à ce que son conglomérat continue à briller en Chine et à redresser les ventes aux États-Unis, où la marque VW est aussi populaire que Skoda chez nous.


Car VW a une réputation à rebâtir chez les Yankees au plan de la fiabilité.  Les premières VW à sortir de l’usine mexicaine de Puebla ont causé des maux de tête. Ils n’ont envoyé là-bas qu’une petite délégation pour former et superviser. Une erreur que VW n’a pas répétée avec la nouvelle usine de Chattanooga, au Tennessee, qui assemble la nouvelle Passat depuis avril dernier.


La nouvelle Passat, comme la récente Jetta, a été conçue avec nos voisins en tête. Puisque ces derniers sont friands de ce qui est gros, la Passat a grossi. Même si elle n’a gagné que 10 cm en longueur, elle est désormais dotée de l’empattement le plus généreux de sa catégorie. Les passagers arrière seront heureux !


Trois moteurs sont prévus : à la base, le cinq cylindres en ligne 2,5L de 170 CV se satisfait d’essence régulière et pèse 67 kg de moins que son ancienne mouture.


On ramène le moteur TDI au catalogue parce que le carburant coûte cher. Ce 2,0L Diesel de 140 CV promet 6,5L aux 100 km en ville et 4,5L sur l’autoroute. Enfin, le VR6 3,6L FSI de 280 CV ne devrait compter que pour à peine 10% des ventes.


On a le choix entre une boîte manuelle à 5 vitesses ou automatique à 6 rapports, tandis que le V6 s’accouple à une séquentielle DSG à 6 vitesses incluant des palettes au volant, une première.


 


Plusieurs modèles


La Passat Trendline incorpore de série le moteur 2,5L avec, notamment, des roues de 16 pouces, l’air climatisé, la connexion Bluetooth, l’ordinateur de bord, de même qu’une gaine de cuir sur le volant, le frein à bras et le sélecteur de vitesses.


La série Trendline + ajoute des jantes en alliage et le chauffage aux sièges avant. La catégorie Comfortline, celle qui constituera le gros des ventes, intègre les roues de 17 po, les réglages électriques des sièges, la connexion iPod et la radio satellite Sirius. Enfin, la Highline est celle qui exhibe des roues de 17 po à design unique.


L’ensemble Sport coûte 1 050 dollars avec l’habillage Comfortline, mais seulement 700 dollars avec le Highline car ce dernier comprend déjà les sièges sport. Ce kit ajoute les roues de 18 pouces, les garnitures en (simili) fibre de carbone, les sélecteurs de vitesse au volant, l’aileron et les fauteuils moulants.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Suppression d'emplois et jeu de mots «nazi» pour Volkswagen

13/03/2019 | AFP

Elle renonce aussi « pour le moment » à introduire en Bourse ses activités poids lourds réunies dans la filiale Traton.

L'arrière-petit-fils du fondateur de Porsche dévoile une voiture de luxe électrique

05/03/2019 | AFP

C'est la première voiture de cette jeune entreprise crée par Anton Piëch, l'arrière-petit-fils de Ferdinand Porsche.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

Il y a 43 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.