Mission : rapprocher les gens de la nature

Publié le 11/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 12:18

Mission : rapprocher les gens de la nature

Publié le 11/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 12:18

Serge Péloquin, d'Écomonde [Photo : Gilles Delisle]

Deux projets récréotouristiques ambitieux permettront de diversifier l'économie de l'Est de la Montérégie, longtemps dominée par le secteur de la sidérurgie et des produits métalliques.

Il y a d'abord le Parc régional des Grèves, qui profitera d'un investissement de 2,5 millions de dollars (M$) au cours des deux prochaines années. L'objectif est d'améliorer les infrastructures existantes d'hébergement et de loisir sur les 290 hectares d'espace naturel, situés entre l'autoroute 30 et la route 132. Ultimement, les projets d'aménagement prévoient, entre autres, un camping, des sentiers et des activités éco-éducatives.

Dans ce même esprit écologique, Écomonde est un des projets les plus attendus dans la région de Sorel-Tracy.

L'investissement de 48 M$ vise la valorisation de la Réserve mondiale de la biosphère du Lac-Saint-Pierre. Si tout va bien, Écomonde créera une nouvelle destination touristique écologique.

Des retombées régionales

L'écosystème aquatique et boisé du terrain de 1,2 million de pi2 sera préservé et mis en valeur par l'utilisation de technologies respectueuses de l'environnement. " Si tout se passe comme prévu, les travaux devraient commencer à l'automne 2011 ", affirme Serge Péloquin, d'Écomonde.

Six types d'hébergement, une salle de spectacle, des sentiers maritimes et pédestres et une programmation combinant l'art et la science composent l'essentiel de ce projet en développement.

Selon M. Péloquin, cela permettra de créer 116 emplois et générera d'importantes retombées économiques pour la région. " Les dépenses d'exploitation à elles seules s'élèvent à 6,4 M$ annuellement ", mentionne M. Péloquin.

Ce dernier se montre très confiant quant à la rentabilité du projet, parce qu'il se fonde sur la participation de nombreux partenaires de la région et sur des prévisions budgétaires très prudentes. " C'est un projet issu du milieu, pour et par des gens du milieu ", se plait-il à rappeler.

" Nous prévoyons recevoir 184 000 visiteurs dès la première année, et notre seuil de rentabilité a été fixé à 131 500 visiteurs, avec un taux d'occupation de 50 %, alors que nous aurions pu le fixer à 65 %. Nous n'avons pas réalisé des prévisions à partir de chiffres irréalistes, loin de là ! "

Le financement du projet est assumé en partie par les gens du milieu. Le tiers des 48 M$ vient, entre autres, des 107 membres honoraires du RIRERST, l'organisme sans but lucratif promoteur du projet, de la Ville de Sorel-Tracy, qui a récemment annoncé l'octroi de 1 M$, en plus d'avoir cédé le terrain, de commanditaires, ainsi que d'un prêt bancaire.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».