Vers une Silicon Valley de la plasturgie

Publié le 21/05/2011 à 00:00, mis à jour le 22/06/2011 à 10:40

Vers une Silicon Valley de la plasturgie

Publié le 21/05/2011 à 00:00, mis à jour le 22/06/2011 à 10:40

Grâce à 4 800 emplois et des revenus de 780 millions de dollars (M$), l'industrie de la plasturgie dans Chaudière-Appalaches est l'une des plus performantes du Québec. Reconnu comme principal créneau d'excellence et pôle de développement de la région, ce secteur a de grandes ambitions.


" Nous voulons être reconnus d'ici 2017 comme un pôle de compétences d'envergure mondiale présentant une offre de produits novateurs, écologiques, diversifiés et à forte valeur ajoutée ", souligne Jacques Carten, directeur général de la Vallée de la plasturgie, qui regroupe les entreprises du secteur.


Cette expertise suscite l'intérêt hors des frontières. Ainsi, une délégation de la Basse-Normandie a fait un saut en mai dernier dans la région pour mieux comprendre cette dynamique et s'inspirer de son modèle. " On ne sait pas où cela peut mener, peut-être à des transferts technologiques ", dit M. Carten.


Une productivité à améliorer


Une étude sur le secteur publiée en mars 2011 a permis à l'organisme de cibler l'amélioration de la productivité comme l'un des enjeux majeurs. L'industrie régionale de la plasturgie est en effet 17 % moins productive qu'ailleurs au Canada.


En 2009, la moyenne canadienne des livraisons était de 220 000 $ par employé, comparativement à 182 869 $ en Chaudière-Appalaches. " Notre plan d'action 2011-2012 donne la priorité à la réduction des coûts de production. Il est inquiétant de constater que les dirigeants des entreprises de 20 à 49 employés disent ne pas être préoccupés par l'amélioration de la productivité ", dit M. Carten.


Ce n'est pas le cas de Plastique Micron, qui s'est attaquée à ce problème dès 2009. " Nous nous battons contre de très gros concurrents qui possèdent plusieurs usines et qui sont plus prêts de leurs clients. On n'a pas le choix d'améliorer notre productivité et de réduire nos coûts de production pour être concurrentiel ", souligne Véronique Roy, directrice des opérations de la PME spécialisée dans la fabrication de contenants en plastique.


Elle a ainsi amélioré de 35 % ses performances en faisant appel à une firme externe pour revoir certains de ses processus. L'ajout de trois presses en septembre dernier a aussi accru la capacité de production d'environ 15 %, ce qui permettra à la PME de soutenir la croissance future.


Malgré tout, les perspectives sont encourageantes : 66 % des entreprises du secteur anticipent une croissance de 14 à 18 % au cours des 12 prochains mois. Et, au cours des trois prochaines années, elles prévoient dépenser 108 M$ dans l'achat d'équipements de production et dans la réalisation de projets d'agrandissement.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Isabella, 15 ans, chercheuse et conférencière

Édition du 11 Mai 2019 | Diane Bérard

AGENT DE CHANGEMENT. The Knowledge Society (TKS)est un accélérateur pour les 13-17 ans aux grandes ...

Secteur minier: cinq filons pour assurer la relève

BLOGUE INVITÉ - Le secteur minier n'est pas «sexy» pour les jeunes. L'industrie peut toutefois être plus désirable.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Il y a 46 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Le revirement d'humeur observé ces derniers jours a été assez remarquable.»

Titres en action: Amazon, Google, T-Mobile/Sprint...

Mis à jour il y a 31 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Leaders, savez-vous pourquoi vos employés font la baboune?

BLOGUE. C'est que certains de leurs besoins vitaux sont insatisfaits chez vous, selon une étude Léger...