Transformer ses acquis en force de frappe

Publié le 26/03/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:16

Transformer ses acquis en force de frappe

Publié le 26/03/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:16

Par Claudine Hébert

Guy Drouin, président de ADS. Photo: Martin Martel

La région de Chaudière-Appalaches voit grand et entend prendre sa place, ici comme ailleurs.

En moins d'un an, elle a officiellement reconnu les matériaux de textiles techniques et la valorisation du bois dans l'habitation à titre de nouveaux créneaux d'excellence ACCORD. Ces deux secteurs, liés à la culture manufacturière de la région, viennent s'ajouter au créneau des matériaux composites et plastiques, mis sur pied en 2008.

Pourquoi miser sur ceux-ci alors que l'économie évolue vers d'autres secteurs ? Malgré un contexte économique houleux et une forte dépendance face au marché américain (plus de 90 % de ses exportations y sont expédiées), très peu d'entreprises ont fermé leurs portes dans la région depuis deux ans.

" Outre quelques mises à pied, pour la plupart temporaires, moins de 5 entreprises sur les 14 000 que compte la région ont fermé leurs portes ", dit Normand Giguère, de la direction régionale du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, région de Chaudière-Appalaches.

Des secteurs moteurs

La filière du bois, deuxième secteur d'importance en termes d'emplois et d'exportations dans la région, offre un bon exemple de ce qui se trame sur le terrain. Le volet de valorisation du bois dans l'habitation représente plus de 300 entreprises et 11 200 emplois. " Et 58 % de ces entreprises ont moins de 20 ans ", dit M. Giguère.

Plusieurs PME de la région sont déjà des chefs de fil dans ce secteur, notamment Maibec (bois d'oeuvre et revêtement extérieur), Teknion (mobilier de bureau), AP Industries (mobilier de chambre à coucher) et Cuisine Lévesque.

Bien qu'elle ait été malmenée au cours des dernières décennies, l'industrie du textile demeure, elle aussi, un acteur important pour l'économie de la région.

La douzaine d'entreprises (et les quelque 1 000 emplois) qui ont décidé de poursuivre leurs activités ont jugé bon de diversifier leurs produits dans des branches plutôt novatrices comme les membranes géotextiles ou les fils et les tissus antibactériens.

" Un changement de cap qui permettra à la région de constituer un pôle industriel important en Amérique du Nord d'ici 2012 au sein de ce type de production ", soutient Guy Drouin, président et chef de la direction d'ADS.

L'entreprise de M. Drouin, installée à Saint-Elzéar-de-Beauce, a délaissé la fabrication traditionnelle en 2006 afin profiter de ce nouveau marché. Elle se spécialise dans la fabrication de matériaux non-tissés et enduits de polymère, et ses produits sont destinés, entre autres, aux secteurs médical, des transports et de l'agroalimentaire.

Commercialisation

Michel Gilbert, directeur de Développement PME, se réjouit du lancement de ces créneaux qui favoriseront de meilleures infrastructures en R-D.

Chaudière-Appalaches jouit d'une longue tradition d'inventeurs et de patenteux mais cette culture accuse un important retard sur le plan de la commercialisation et du marketing, déplore M. Gilbert. " Trop peu de nos entrepreneurs sont propriétaires de leurs produits, oeuvrant surtout comme sous-traitants. L'avenir de la région repose sur le développement de nos propres marques ", maintient M. Gilbert.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...