Le défi de la main-d'oeuvre

Publié le 15/04/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:04

Le défi de la main-d'oeuvre

Publié le 15/04/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:04

[Photo : Société du parc industriel et portuaire de Bécancour]

L'inquiétude augmente dans le Centre-du-Québec. La récession a masqué le problème numéro un de la région : le manque de main-d'oeuvre.


En octobre dernier, le directeur général du Groupe Soucy, Éric Ellyson, affirmait que son entreprise avait annulé un contrat dans les sept chiffres à cause de la pénurie de travailleurs spécialisés...


" À part la fermeture de Camoplast, survenue en janvier 2009 à Princeville, les avis de licenciement ont été peu nombreux ", dit Éric Lampron, analyste du marché du travail à Emploi Québec.


Malgré la récession, les entreprises de la région n'ont pas mis à pied leurs employés, de peur qu'ils n'aillent travailler ailleurs.


Certaines d'entre elles ont eu recours au temps partagé, mesure grâce à laquelle Ottawa compense le salaire perdu. " Nous voulions garder nos employés, particulièrement les plus jeunes ", confirme Alexis Boulanger, directeur de Roland Boulanger & Cie, un manufacturier de moulures de Warwick.


D'autres ont fait appel à des programmes de subventions à la formation de la main-d'oeuvre. " Dans le Centre-du-Québec, 800 employés ont ainsi été formés, au lieu d'être mis au chômage ", précise M. Lampron.


Recruter à l'étranger


Certaines entreprises ont dû recruter à l'étranger. Vertisoft, par exemple, vient d'embaucher un programmeur en Inde et elle embauchera bientôt en France.


" D'autres entreprises n'auront pas le choix et feront la même chose ", croit René Thivierge, directeur de la Corporation de développement économique des Bois-Francs.


Mario Couture, économiste principal au Mouvement Desjardins, craint le pire si la situation perdure. " Le risque, c'est d'en venir à délocaliser la production, faute d'employés ", dit-il.


Il faut dire que, contrairement aux régions de Lanaudière et des Laurentides, le Centre-du-Québec attire peu de nouveaux résidents. Moins de 500 par an au cours des années 2000, avec un pic de 990 en 2008.


À Drummondville, on tente de prendre les devants. La Société de développement économique de Drummondville (SDED) a créé un poste de commissaire à l'emploi il y a un an. " Nous aidons les entreprises à recruter la main-d'oeuvre manquante à l'extérieur de la région ", dit Martin Dupont, directeur de la SDED.


Dans la MRC d'Arthabaska, on veut encourager le maillage d'entreprises. " Il faut favoriser le partage des ressources. Par exemple, une entreprise qui a moins de contrats pourrait vendre du temps-machine à une autre entreprise qui a, elle, un surplus de contrats ", dit M. Thivierge.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Recruter, c'est du marketing

Édition du 18 Mai 2019 | Robert Dutton

CHRONIQUE. Il n'est plus besoin de présenter le problème : la rareté de main-d'oeuvre au Québec étouffe...

La lumière du candidat, l'ombre du recruteur

Édition du 11 Mai 2019 | Nathalie Francisci

CHRONIQUE. Derrière chaque grand homme ou grande femme se cache un conjoint, une conjointe ou un partenaire. ...

À la une

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.