Gilles Soucy: un innovateur hors pair

Publié le 16/04/2010 à 09:49

Gilles Soucy: un innovateur hors pair

Publié le 16/04/2010 à 09:49

Gilles Soucy. Photo: Groupe Soucy

À ses débuts dans le monde des affaires, à la fin des années 1960, Gilles Soucy distribuait des pièces de motoneiges dans le Centre du Québec. Comment est-il parvenu à bâtir une entreprise qui affiche un chiffre d'affaires de plus de 250 millions de dollars (M$) ? L'entrepreneur de 71 ans nous a donné sa recette au cours d’une entrevue de son bureau, en Floride.


Le Groupe Soucy fait partie d'une poignée d'entreprises qui ont contribué au développement fulgurant de l'industrie de la motoneige au cours des années 1970. « À un moment donné, on comptait, au Québec seulement, plus de 75 constructeurs de motoneiges ! », dit Gilles Soucy.


Tout a commencé à l'automne 1967. À cette époque, le système d'embrayage des motoneiges se brisait, et parfois même explosait. « J'ai eu l'idée de faire fabriquer 1 000 clutchs sécuritaires, que j'ai été vendre, en automobile, chez tous les concessionnaires du Québec ». En étudiant sa clientèle, Gilles Soucy s'est constitué de fil en aiguille un important portefeuille de pièces pour motoneiges, plus sécuritaires et mieux faites que les autres.


Par exemple, auparavant, les pare-brise de motoneiges se cassaient lors d’un accident. « J'ai rapidement constaté que les pare-brise faits de polycarbonate pliaient, sans casser. J'ai alors acheté le fabricant de pare-brise de polycarbonate. Depuis, tous les pare-brise de motoneiges sont faits de ce matériau».


L’innovation à l’honneur


Ainsi, très vite, Gilles Soucy est devenu fabricant à plein temps, en rachetant parfois les machines-outils d'équipementiers, nombreux à faire faillite. Il a embauché des ingénieurs, afin de « créer des marchés », qui avaient pour mission de concevoir de meilleures expériences sportives. C'est ainsi que son entreprise a mis en marché des motoneiges munies de chenilles à crampons, qui gravissaient mieux les montagnes et ne glissaient pas sur les terrains glacés.


Le Groupe compte maintenant une cinquantaine d'ingénieurs, et au total, près de 125 employés dont la tâche consiste à imaginer et à préparer l'avenir de l'entreprise. « Il faut constamment se tailler une place », dit Gilles Soucy.


L'entreprise a également réussi à diversifier ses produits. La motoneige représente maintenant moins de la moitié des ventes du Groupe. Le savoir-faire acquis dans la conception des chenilles de motoneige et dans la fabrication des caoutchoucs a été transféré aux domaines agricole et militaire. Ce qui a constitué une voie royale dans ce que M. Soucy désigne comme étant des « secteurs d'avenir ».


L'entreprise vend désormais des véhicules transporteurs militaires à la Finlande. Le Groupe entend également développer sa présence dans l'immense continent chinois.


La clé de la survie, selon Gilles Soucy, est de « créer des innovations importantes pour les clients, et qui donnent envie d'acheter ».

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bas-Saint-Laurent: le LLio soutient les démarches d'innovation ouverte

Édition du 09 Février 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: BAS-SAINT-LAURENT — Comment innover? Comment savoir ce que veulent les clients?

Uber renforce sa présence à Montréal

29/11/2018 | Martin Jolicoeur

En dépit de la grogne dans l'industrie du taxi, la société Uber ouvre un deuxième centre de service à Montréal.

À la une

Budget Québec 2019: un milliard pour protéger les sièges sociaux

BUDGET QUÉBEC 2019. Un autre milliard sera injecté au capital d’Investissement Québec.

Budget Québec 2019: taxes scolaire: vers une harmonisation des taux de taxation

BUDGET QUÉBEC 2019. Le gouvernement du Québec amorce dès 2019 sa réforme du régime de la taxe scolaire.

Budget Québec 2019: «Un bon budget pour l'économie», mais insuffisant en éducation

BUDGET QUÉBEC 2019. Le premier budget Girard est un «bon budget pour l'économie», clame le milieu des affaires.