De l'aide pour la relève

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 19/05/2011 à 11:58

De l'aide pour la relève

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 19/05/2011 à 11:58

Par Claudine Hébert

Il existe dans le Centre-du-Québec des services spécialisés en matière de financement et de l'aide afin de faciliter le processus de transfert d'entreprise.


La Direction régionale du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a fait de la relève agricole une de ses cinq priorités. Ainsi, elle offre des services d'accompagnement par l'intermédiaire de ses trois centres de services agricoles (Victoriaville, Drummondville, Nicolet). Dans chacun d'eux, cette aide est coordonnée par les conseillers attitrés à la relève. Elle se traduit par des activités de formation et des ateliers traitant de communication, de coexploitation, de planification de la retraite et de préparation au transfert.


Les repreneurs des entreprises agricoles du Centre-du-Québec peuvent également bénéficier du fonds de 75 millions de dollars (M$) mis à leur disposition depuis l'an dernier.


Le Fonds d'investissement pour la relève agricole (FIRA) est né d'un partenariat entre le gouvernement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ et le Capital régional et coopératif Desjardins qui contribuent à hauteur de 25 M$ chacun. Ce fonds s'adresse aux jeunes repreneurs âgés de 18 à 40 ans pouvant démontrer qu'ils seront propriétaires d'au moins 50 % du capital-actions de l'entreprise en moins de cinq ans. Les repreneurs peuvent obtenir jusqu'à 500 000 $. Le FIRA vise 60 projets par an, soit de nouvelles entreprises ou des transferts de propriété.


Des conseils


Le cabinet-conseil Mitra, de Victoriaville, propose aux PME de la région une démarche de soutien à la relève entrepreneuriale. Le Centre local d'emploi de Drummondville vise justement à faire profiter les entreprises de la MRC de Drummond de l'expertise développée par Mitra. À compter du 1er juin, les employeurs qui le désirent recevront de la formation en groupe et du coaching individualisé préparé par le cabinet-conseil. Au programme, une formation de 40 heures traitant de l'accompagnement de gestionnaires lors de la vente ou du transfert de leur entreprise.


Autre piste intéressante : celle de la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs (FCJE). Cette organisation dispose d'un programme d'aide financière à l'échelle nationale qui s'adresse aux jeunes de 18 à 34 ans. Le soutien peut aller jusqu'à 55 000 $ à un jeune qui doit être en mesure d'acquérir 51 % des actions à droit de vote d'une entreprise au cours des cinq premières années d'exploitation. Dans le Centre-du-Québec, la FCJE travaille en partenariat avec le CLD de Drummond, le CLD des Bois-Franc et la Société d'aide au développement des collectivités de Nicolet-Bécancour.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Secteur minier: cinq filons pour assurer la relève

BLOGUE INVITÉ - Le secteur minier n'est pas «sexy» pour les jeunes. L'industrie peut toutefois être plus désirable.

La Grande détestation

Édition du 23 Février 2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Il y a une triste raison qui explique pourquoi nos belles régions peinent à trouver de la main-d'oeuvre...

À la une

Avantage concurrentiel (partie 3): les effets du réseau

BLOGUE INVITÉ. Les dessins dans les cavernes et Facebook ont plus en commun que vous ne le pensez...

Bombardier est blanchie par l'AMF, avec une mise en garde

Elle n'a relevé aucune infraction dans le programme ayant permis à des cadres de vendre des actions l'an dernier.

À surveiller: Bombardier, Savaria et CGI

09:01 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Bombardier, Savaria et CGI? Voici quelques recommandations d'analystes.