Eska : de l'eau qui fait un tabac

Publié le 07/03/2009 à 00:00

Eska : de l'eau qui fait un tabac

Publié le 07/03/2009 à 00:00

Par Suzanne Dansereau

Surtout depuis qu'on la sert dans une bouteille de verre dont l'image a été refaite l'automne dernier par la célèbre designer londonienne Lucilla Lavender. L'étiquette évoque l'histoire de l'eau. " Le flocon de neige qui traverse le lit de la roche de l'esker, l'eau pure qui est filtrée naturellement et la source qui jaillit juste derrière l'usine d'embouteillage ", explique Sylvain Boudreault, directeur de l'usine d'embouteillage et vice-président de l'exploitation d'Eaux Vives Water Bottling.

Eska est encore vendue dans des bouteilles de plastique dans les supermarchés et pharmacies. Mais on a développé la version en bouteille de verre (750 ml) en aluminium (300 ml), destinée à un marché plus branché. De plus, l'usine vient de commercialiser une version gazeuse qui connaît un beau succès. " Les ventes dépassent nos attentes ", dit Sylvain Boudreault, qui révèle que l'usine doublera sa capacité de production au printemps, après avoir ajouté une troisième chaîne d'embouteillage l'automne dernier.

Ventes à la hausse

En fait, l'usine, qui avait fermé ses portes en 2005 après les déboires financiers de son actionnaire principal, la multinationale Parmalat, prévoit doubler ses ventes en 2009, après les avoir doublées en 2008, indique le président d'Eaux Vives Water, Simon Lester. Établie à Toronto, Eaux Vives Water est une filiale de la banque américaine Morgan Stanley qui a racheté l'usine et relancé la production en 2007.

" Nous sommes vraiment en bonne posture, dit M. Lester. L'eau embouteillée dans le plastique a atteint un plateau. Mais nous sommes en progression. Quant au marché de l'eau pétillante, il est beaucoup plus petit, mais nos ventes là aussi sont en forte progression. "

La récente campagne publicitaire d'Eska est sûrement un autre facteur de succès. Les messages (affichage, imprimés et en ligne) avaient pour objectif d'inciter les consommateurs à vérifier l'origine et la composition de l'eau qu'ils achètent, comme ils le font pour connaître le contenu en gras trans ou en sucre des aliments et mets préparés. Intitulée Pensez plus eau (Source Matters dans sa version anglaise), la campagne a été réalisée par l'agence torontoire Zig, sous la direction du Québécois Martin Beauvais.

Sylvain Boudreault, de son côté, nous fait visiter son usine, impeccablement propre, magnifique sur le plan architectural, et dotée d'équipements ultramodernes. " Quand j'ai visité l'usine avant de prendre le poste, j'ai été renversé : je me suis dit que cela ne se pouvait pas qu'on ait fermé cette usine-là ", raconte ce Québécois de Chicoutimi, qui a dirigé des usines d'embouteillage de boissons gazeuses en Afrique et à Haïti, avant de rentrer au Québec. De quoi se demander pourquoi un groupe québécois n'a pas vu l'aubaine laissée par Parmalat.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

COVID-19: les ventes en ligne bondissent au Québec

Il y a 45 minutes | Olivier Schmouker

Depuis le 11 mars, les ventes en ligne ont doublé au Québec, toutes catégories confondues, selon une étude.

À surveiller: Dollarama, Canada Goose et TC Energy

Que faire avec les titres de Dollarama, Canada Goose et TC Energy?

Dollarama dépasse légèrement les attentes

08:45 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Dollarama suspend toutefois ses prévisions financières en raison de la pandémie de COVID-19.