La Finlande affirme être «100% derrière l'euro»

Publié le 17/08/2012 à 09:51, mis à jour le 17/08/2012 à 10:01

La Finlande affirme être «100% derrière l'euro»

Publié le 17/08/2012 à 09:51, mis à jour le 17/08/2012 à 10:01

Par AFP

La Finlande est  

La Finlande est «à 100% derrière l'euro» a affirmé vendredi le ministre des Affaires européennes du pays, prenant ses distances avec son collègue des Affaires étrangères, qui a déclaré dans la presse britannique que le pays se préparait à un éclatement de la zone euro.

«Les déclarations du ministre des Affaires étrangères (Erkki) Tuomioja ne reflètent pas la position du gouvernement finlandais. La Finlande est à 100% derrière l'euro», a affirmé à l'AFP le ministre des Affaires européennes, Alexander Stubb.

«Nous restons engagés et bien entendu il est regrettable que de telles déclarations et spéculations soient mises en avant. Cela n'aide pas beaucoup», a-t-il ajouté.

«Le ministre des Affaires étrangères a, je pense, parlé (...) en son nom propre», alors que «la position du gouvernement est très claire, nous sommes pro-européens et nous travaillons pour améliorer la situation de la zone euro˃, a souligné M. Stubb, qui est membre du parti conservateur, contrairement à M. Tuomioja, social-démocrate.

Dans un entretien avec le quotidien londonien The Daily Telegraph, M. Tuomioja a indiqué que le gouvernement devait se «préparer ouvertement à la possibilité d'un éclatement de la zone euro», même si selon lui personne ne souhaite cette issue dans le pays.

La Finlande ne compte aucunement abandonner l'euro, a précisé ce ministre à l'agence de presse finlandaise STT vendredi à la mi-journée, mais il serait irresponsable de ne pas envisager l'après si la zone euro se disloque.

La ministre des Finances Jutta Urpilainen, membre comme M. Tuomioja du parti social-démocrate, ne voulait pas commenter, a indiqué à l'AFP son ministère.

à 100% derrière l'euro a affirmé vendredi le ministre des Affaires européennes du pays, prenant ses distances avec son collègue des Affaires étrangères, qui a déclaré dans la presse britannique que le pays se préparait à un éclatement de la zone euro.

˂Les déclarations du ministre des Affaires étrangères (Erkki) Tuomioja ne reflètent pas la position du gouvernement finlandais. La Finlande est à 100% derrière l'euro", a affirmé à l'AFP le ministre des Affaires européennes, Alexander Stubb.

˂Nous restons engagés et bien entendu il est regrettable que de telles déclarations et spéculations soient mises en avant. Cela n'aide pas beaucoup˃, a-t-il ajouté.

˂Le ministre des Affaires étrangères a, je pense, parlé (...) en son nom propre˃, alors que ˂la position du gouvernement est très claire, nous sommes pro-européens et nous travaillons pour améliorer la situation de la zone euro˃, a souligné M. Stubb, qui est membre du parti conservateur, contrairement à M. Tuomioja, social-démocrate.

Dans un entretien avec le quotidien londonien The Daily Telegraph, M. Tuomioja a indiqué que le gouvernement devait se ˂préparer ouvertement à la possibilité d'un éclatement de la zone euro˃, même si selon lui personne ne souhaite cette issue dans le pays.

La Finlande ne compte aucunement abandonner l'euro, a précisé ce ministre à l'agence de presse finlandaise STT vendredi à la mi-journée, mais il serait irresponsable de ne pas envisager l'après si la zone euro se disloque.

La ministre des Finances Jutta Urpilainen, membre comme M. Tuomioja du parti social-démocrate, ne voulait pas commenter, a indiqué à l'AFP son ministère.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Quand le pouvoir mène aux vices et à l’excès

Il y a 58 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Le réel pouvoir, celui qui s’acquiert à force de persévérance est un peu comme un bonzaï.

Les grandes banques américaines se préparent aux impayés

« L’expression “sans précédent” est rarement utilisée à bon escient. Cette fois, c’est bien le cas. »

Un comité sénatorial demande de préciser l'avenir de la PCU

La prestation de 500 $ par semaine doit expirer en septembre pour des millions de travailleurs.