Et si l'Iran devenait une source de stabilité au Moyen-Orient...

Publié le 28/11/2014 à 21:28, mis à jour le 29/11/2014 à 13:23

Et si l'Iran devenait une source de stabilité au Moyen-Orient...

Publié le 28/11/2014 à 21:28, mis à jour le 29/11/2014 à 13:23

Par François Normand
Actuellement, l'Iran n'est pas officiellement un pays membre de la coalition pour combattre l'EI en Irak et en Syrie, même si Téhéran soutient l'Irak (dirigée par des Chiites) et le régime syrien (également dirigé par des Chiites).

Il va sans dire qu'une réintégration de l'Iran dans la communauté internationale permettrait d'accroître son rôle dans la lutte contre les djihadistes.

L'Iran pourrait aussi aider l'Occident à trouver une issue à la guerre civile en Syrie. Mais ce conflit est très complexe: les Occidentaux soutiennent l'opposition, tandis que Téhéran appuie le régime de Bachar Al-Assad.

Mais là encore, l'Iran pourrait sans doute jouer un rôle positif dans ce conflit, en tentant par exemple de convaincre Bachar Al-Assad de faire des concessions à l'opposition, mais sans lui demander de quitter le pouvoir. Téhéran tient à préserver «l'axe chiite» composé de Iran, de l'Irak, de la Syrie et du Hezbollah libanais - un mouvement politique chiite du Liban qui possède une branche armée.

Une normalisation du statut de l'Iran avec les grandes puissances pourrait aussi peser sur les relations tendues entre le Hezbollah et Israël.

Comme l'Iran est un allié du Hezbollah, elle pourrait faire pression sur ce dernier pour normaliser à son tour ses relations avec l'État israélien.

Reste à voir si l'Iran et le P5 +1 arriveront à trouver un terrain d'entente. Car plus le temps passe, plus le camp des conservateurs hostiles à l'Iran aux États-Unis - renforcé par la récente élection d'un Congrès républicain - et les «durs» du régime iranien hostiles aux États-Unis risquent de torpiller une éventuelle entente.

 

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.