L'économie américaine a retrouvé son niveau d'avant-crise

Publié le 29/07/2021 à 12:02, mis à jour le 29/07/2021 à 14:33

L'économie américaine a retrouvé son niveau d'avant-crise

Publié le 29/07/2021 à 12:02, mis à jour le 29/07/2021 à 14:33

Par AFP

(Photo: 123RF)

L’économie américaine a retrouvé au deuxième trimestre son niveau d’avant-crise, malgré une croissance décevante du PIB, tandis que les prix ont, eux, continué à grimper, à leur rythme le plus rapide depuis près de 40 ans.

Le montant total des biens et services vendus aux États-Unis a dépassé celui d’avant la pandémie, pour la première fois, mais de justesse (+0,8 %), selon la première estimation du département du Commerce publiée jeudi.

« L’Amérique est de nouveau en marche, et les nouveaux chiffres du PIB ramènent notre économie aux niveaux d’avant la pandémie », a réagi, sur Twitter, le président américain Joe Biden.

Le produit intérieur brut (PIB) est en effet plus élevé qu’il ne l’était au quatrième trimestre 2019 — le dernier à ne pas avoir été touché par la crise provoquée par la Covid-19.

Il a cependant progressé moins qu’attendu d’avril à juin, avec une croissance de 6,5 % en rythme annualisé — qui compare au trimestre précédent puis projette l’évolution sur l’année entière.

C’est un peu plus rapide que les 6,3 % du premier trimestre, mais bien moins que les 8,5 % attendus par les analystes.

Et la hausse est de 1,6 % par rapport au trimestre précédent, mode de calcul utilisé par d’autres pays. A titre de comparaison, la croissance française au deuxième trimestre sera publiée vendredi, elle est attendue entre 0,7 et 1,0 %; elle a été de 1,3 % pour la Chine, grand rival des États-Unis.

 

Ralentissement en vue

La reprise de l’activité grâce à la vaccination, et les milliards de dollars américains distribués aux ménages depuis le début de l’année, ont stimulé la consommation des Américains, qui ont notamment dépensé leur argent au restaurant, ou dans des nuits d’hôtel, mais aussi pour acheter des médicaments.

La croissance est de 12,2 % par rapport au deuxième trimestre 2020. L’économie américaine enregistrait alors un recul historique de 31,2 %.

« Il y a des raisons de penser que la croissance va nettement ralentir », tempère cependant l’économiste Joel Naroff.

En effet, souligne-t-il, « nous avons connu quatre trimestres consécutifs de croissance économique forte à spectaculaire. Mais cela était dû à la réouverture de l’économie et aux aides massives du gouvernement ».

Et le variant Delta, qui a fait repartir les cas de Covid-19 dans de nombreuses régions du monde, menace également la croissance américaine.

« Notre travail est (…) de continuer à bâtir une économie plus juste, plus forte et plus résiliente où les travailleurs américains peuvent rivaliser et gagner sur la scène mondiale », a commenté dans un tweet la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

Joe Biden compte en effet sur un programme pharaonique de dépenses sociales et environnementales, de 3 500 milliards de dollars, pour assurer la croissance du pays sur plusieurs années.

La croissance des États-Unis devrait être de 6,7 % cette année et 5 % en 2022, selon les services du budget du Congrès (CBO). Le Fonds monétaire international (FMI) et la Fed tablent sur +7,0 % en 2021.

 

Inflation

Le premier trimestre avait été marqué par deux salves de chèques envoyés aux ménages, dans le cadre des plans de relance de Donald Trump, puis Joe Biden. Cela avait fait bondir de 56,8 % le revenu des ménages qui a, par conséquent, reculé de 22 % entre avril et juin.

Portés par la forte demande et par les difficultés mondiales d’approvisionnement, les prix ont continué à grimper, à leur rythme le plus rapide depuis 1982 : l’inflation s’est accélérée à 6,4 % sur le deuxième trimestre par rapport au premier trimestre, selon l’indice PCE. Hors alimentation et énergie, les prix ont connu leur plus forte hausse depuis 1975, à 6,1 %.

Sur un an, la hausse des prix s’élève à 3,8 %.

L’inflation devrait ralentir en 2022, selon la Fed et le FMI, mais des risques existent qu’elle soit plus forte et durable que prévu, ont-ils averti cette semaine.

Joe Biden assure par ailleurs que ses programmes d’investissement feront ralentir l’inflation, réfutant les critiques de l’opposition qui craignent que cela ne contribue au contraire à la flambée des prix.

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé après une journée dans le rouge

Mis à jour à 17:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice phare de la Bourse de Toronto clôture en baisse avec les matières premières.

À surveiller: Canadien Pacifique, Innergex et Lucid Group

Que faire avec les titres de Canadien Pacifique, Innergex et Lucid Group?

Titres en action: TC Énergie, Suncor Énergie, Philip Morris, ...

Mis à jour à 14:20 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.