Retraite : les Canadiens se sortent mieux de la crise que les Américains

Publié le 11/02/2010 à 08:02

Retraite : les Canadiens se sortent mieux de la crise que les Américains

Publié le 11/02/2010 à 08:02

Les Américains continuent de dépenser, même si la récession les a touchés plus rudement que leurs voisins canadiens. Photo : Bloomberg

Bonne nouvelle au nord de la frontière, les retraités canadiens auraient mieux surmonté la récession que leurs homologues américains et seraient deux fois plus de susceptibles de réaliser leurs rêves en matière de retraite, selon un sondage mené récemment pour le compte de la Banque TD

Lorsqu'on leur demande s'ils sont en train de réaliser leurs rêves en matière de retraite, près de 70 % des Canadiens affirment que leur retraite ressemble exactement ou presque à ce qu'ils avaient imaginé, comparativement à seulement 47 % des Américains. Un Américain sur quatre considère qu'il ne vit pas du tout la retraite de ses rêves, et 29 % des retraités américains déclarent que leur retraite ne ressemble pas du tout à ce qu'ils avaient imaginé.

« Au nord de la frontière, l'approche plus prudente des Canadiens au chapitre des finances et leur système bancaire toujours aussi solide leur a donné une plus grande tranquillité d'esprit et une probabilité plus forte de pouvoir réaliser la retraite qu'ils avaient envisagée », souligne Frank McKenna, vice-président du conseil, Groupe Financier Banque TD.

Selon les conclusions du sondage, les Américains continuent de dépenser, même si la récession les a touchés plus rudement que leurs voisins canadiens. La moitié des Américains sondés dépensent moins aujourd'hui en raison de la récession, mais profitent toujours bien de la vie, comparativement à 37 % des Canadiens.

« Il y a une idée reçue plutôt négative selon laquelle les Canadiens seraient un peu trop sages en matière de finances, remarque Patricia Lovett-Reid, première vice-présidente. C'est peut-être vrai, mais en matière de banque et de placement, ce n'est pas si mal d'être sage. »

Ce qui est plus inquiétant, c'est qu'un retraité américain sur quatre s'inquiète d'épuiser ses économies. Vingt-huit pour cent des retraités affirment qu'ils devront peut-être se chercher un emploi pour gagner un revenu d'appoint. En comparaison, le niveau de confiance des retraités canadiens est plus élevé : 30 % d'entre eux disent ne pas avoir été touchés par la récession, alors qu'ils ne sont que 12 % à s'inquiéter d'épuiser leurs économies et 10 % à envisager de se chercher un emploi.

Lorsqu'on leur demande quelles erreurs ils auraient commises dans la planification de leur retraite, un nombre important de retraités à la fois canadiens et américains affirment n'avoir commencé à épargner qu'après l'âge de 40 ans. Cette réponse est donnée par 28 % des retraités canadiens et 32 % des retraités américains.

Parmi les aspects les mieux réussis de leur planification de retraite, les retraités interrogés mentionnent le fait d'avoir travaillé pour une entreprise offrant un régime d'épargne ou de retraite avec cotisation de contrepartie, chez 39 % des Canadiens et 27 % des Américains, et d'avoir vécu selon leurs moyens, pour 28 % des Canadiens et 27 % des Américains.

 

À suivre dans cette section

Sous le capot de Tesla
Édition du 23 Septembre 2020 | Stéphane Rolland

À la une

Oubliez Trump: c'est Obama qui a relancé l'emploi manufacturier

30/09/2020 | François Normand

C'est à partir de l’été 2010 que l'on commence à assister à la renaissance du secteur aux États-Unis.

L'action de Palantir grimpe de 34% à son premier jour en Bourse

Mis à jour le 30/09/2020 | AFP

Sous le symbole PLTR, le titre a commencé à être échangé vers 13H40.

L'incertitude grimpe entourant la vente d'usines de Bombardier à Spirit

L’entente devait initialement être conclue au mois de mai de cette année.