Comment trouver le bon avocat?

Publié le 14/01/2015 à 10:22

Comment trouver le bon avocat?

Publié le 14/01/2015 à 10:22

Votre fournisseur n’a pas livré vos nouvelles armoires malgré votre paiement? Sans vous retrouver nécessairement devant les tribunaux, vous pourriez prévenir une situation fâcheuse ou éviter de l’envenimer en consultant un avocat. La recette pour trouver le « bon » et les questions à lui poser.

Vous n’êtes pas seul à faire face à un problème juridique au quotidien : près de 12 millions de Canadiens connaîtront un problème de ce genre dans une période donnée de trois ans, selon une étude du ministère de la Justice du Canada.

Le bouche-à-oreille représente sûrement le meilleur moyen de trouver un avocat. Les gens sont rassurés à l’avance sur ses qualités.

Si on ne connaît personne, le Barreau du Québec surveille l’exercice de la profession et offre un service de références par région qui vous dirigera vers des avocats qui pratiquent dans le domaine du droit lié à votre litige, et qui sont autorisés à pratiquer.

Sinon, vous pouvez en trouver un par vous-même sur Internet et vérifier auprès du Barreau tant ses antécédents que la validité de son droit de pratique.

« Contrairement à d’autres professions, un professionnel peut détenir le titre d’avocat même s’il ne pratique pas », explique le bâtonnier du Québec, Bernard Synnott. Pour avoir le droit de pratiquer, un avocat doit obligatoirement souscrire une assurance responsabilité.

Les premiers pas

Avocat trouvé. L’objectif de l’appel : décrire la problématique et donner des précisions à l’avocat sur les faits en question. La précision est ici votre principale alliée. L’avocat tente de savoir si vous avez une cause.

Ainsi, si vous avez prêté un montant à votre voisin et qu’il ne vous a pas encore remboursé, il faut mentionner la date du prêt. Pourquoi? « Si ça fait trop longtemps, le délai de recours peut être prescrit », explique Maxime Alepin, avocat chez Alepin Gauthier Avocats inc. Vient ensuite la première rencontre. Retenez qu’il s’agit d’un travail d’équipe.

« Il faut se présenter avec toute la documentation pertinente, classée en ordre des événements. L’avocat ne classera pas les papiers dans votre boîte à soulier! » souligne le bâtonnier du Québec.

Un client averti en vaut deux. Parmi les questions essentielles à poser à l’avocat pour gérer les sources possibles d’insatisfaction : quelle sera la durée approximative du processus ? À Montréal, par exemple, une cause civile régulière peut prendre de 4 à 5 ans à se régler. Si c’est trop long pour vous, mieux vaut envisager d’autres avenues avec votre avocat.

La négociation, la médiation ou l’arbitrage peuvent notamment se révéler d’autres modes qui peuvent faire économiser beaucoup de temps et d’argent comparativement aux poursuites judiciaires. À noter qu’une majorité des litiges se règlent de toute façon par une entente hors cour.

Des modifications au nouveau Code de procédure civile entreront par ailleurs en vigueur le 1er janvier 2016 pour préconiser ces modes de règlement à l’amiable. De plus, la Cour des petites créances entend maintenant des litiges pouvant aller jusqu’à 15 000 $.

La question qui fait mal au portefeuille : quels sont les coûts prévus ? L’avocat est dans l’obligation de fournir une évaluation détaillée quant aux coûts de ses services. Encore là, posez des questions. Son tarif comprend-il la recherche et le paiement de certains frais? Quel sera le mode de facturation : tarif horaire, forfait, pourcentage? Si c’est au pourcentage, est-il calculé sur le résultat, sur la valeur du litige?

La transparence tout au long du processus est importante pour maintenir le lien de confiance avec le client. « Si d’autres interventions qui n’étaient pas prévues doivent être faites en cours de route, l’avocat se doit de le divulguer à son client », précise l’avocat de chez Alepin Gauthier.

Trouver le « bon » avocat repose en grande partie sur la communication transparente que vous établirez avec lui.

 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Le budget fédéral rate de 14 G $ la cible pour 2018-2019

C'est un troisième manque à gagner de plus de 10 milliards $ en autant d’années.

Les ventes manufacturières ont reculé en juillet au Canada

Des reculs ont notamment été observés du côté de la transformation des métaux et du secteur automobile.

À surveiller: WSP, Cascades et Boyd

Que faire avec les titres de WSP Global, Cascades, et Boyd? Voici quelques recommandations d'analystes.