Voici les fonds communs de placement canadiens les plus exposés à la Russie

Publié le 25/02/2022 à 16:35

Voici les fonds communs de placement canadiens les plus exposés à la Russie

Publié le 25/02/2022 à 16:35

(Photo: 123RF)

Tard mercredi soir, heure du Canada, la Russie a lancé une attaque contre des villes ukrainiennes après que le président Vladimir Poutine a déclaré une opération militaire dans la région. L’assaut sur le territoire ukrainien s’est accompagné d’attaques aériennes, de missiles et cybernétiques, confirmant le pire scénario envisagé jusqu’à présent par les analystes, les investisseurs et, surtout, les Ukrainiens eux-mêmes.

Lors d’un sommet d’urgence jeudi, les dirigeants de l’Union européenne (UE) ont annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie, y compris le gel des avoirs, l’arrêt de l’accès de ses banques aux marchés financiers européens et le ciblage des «intérêts du Kremlin», rapporte Reuters.

La firme de recherche Capital Economics estime que l’économie russe est dans une position beaucoup plus forte pour résister aux sanctions occidentales qu’elle ne l’était en 2014, mais les sanctions pourraient encore causer de réels dommages. La firme estime que les mesures «pourraient réduire le PIB russe d’au moins 1% et inciter la banque centrale à relever son taux directeur de 9,50% maintenant à au moins 12%», a-t-il déclaré dans une note.

Pendant ce temps, les prix du pétrole ont dépassé 100 dollars américains ($US), le prix du brut ayant augmenté de 8,5% pour atteindre son plus haut niveau en 52 semaines. Et cela pourrait grimper encore.

«La Russie représente 40% des importations de gaz naturel de l’UE et environ 30% de ses importations de brut. Même si l’Occident ne sanctionne pas les exportations d’énergie de la Russie, nous pensons que la prime de risque dans les prix de l’énergie restera élevée pendant un certain temps encore», selon Capital Economics.

«Nous pourrions voir le commerce du pétrole dans une fourchette d’environ 120 à 140 $US le baril et le gaz européen augmenter près de son sommet de la mi-décembre de 180€ le MWh (257$/MWh). Cependant, les prix du gaz pourraient baisser fortement au deuxième trimestre, lorsque la demande saisonnière européenne chutera.»

Les marchés financiers russes sont déjà en plein effondrement, tandis que les marchés mondiaux sont en mode de risque. Les valeurs refuges se sont redressées et les actifs risqués ont chuté.

Les économies asiatiques ont fermé la journée en baisse. Les actions de l’indice Hang Seng ont chuté de 3,2% et le CSI 300 a chuté de 2,0%. Les stocks pétroliers chinois ont montré de la résilience, mais les actions des constructeurs automobiles, des promoteurs immobiliers et des banques se sont toutes dirigées vers le sud. TAIEX de Taïwan et Kospi de Corée du Sud ont tous deux clôturé avec une baisse de 2,6% et le TOPIX japonais a chuté de 1,3%.

Les actions de S&P Europe 350 ont chuté de 2,5% au grand jour. Les industries économiquement sensibles comme les banques, les constructeurs automobiles et les industriels ont sous-performé, bien que les actions les plus touchées de la région aient été celles exposées à la Russie et à l’Ukraine.

«À moins que la situation en Ukraine ne s’améliore, la réduction de l’appétit au risque mondial en cours se poursuivra probablement. Il y a peu de parallèles évidents à cette crise, mais les principaux indices boursiers ont chuté de 20 à 25% après l’invasion du Koweït en 1990, bien qu’ils aient rebondi une fois que l’intervention américaine a mis fin rapidement à la guerre», rapporte Capital Economics.

«Cela suggère qu’une autre baisse de 10 à 20% par rapport aux niveaux actuels est tout à fait plausible. Outre l’évolution de la guerre russo-ukrainienne, le facteur clé qui déterminera la gravité des retombées du marché est la façon dont les grandes banques centrales réagissent», ajoute la firme de recherche.

«Avant que le conflit russo-ukrainien ne s’aggrave au cours des deux dernières semaines, les actions étaient déjà sous la pression de la flambée des taux sans risque au début de 2022 alors que la Fed et d’autres banques centrales signalaient un rythme plus agressif de resserrement de la politique monétaire. Si le conflit incite les décideurs politiques à retarder, ou du moins à ralentir, le processus de resserrement, cela peut amortir le coup porté aux actifs risqués.»

 

Fonds exposés

Le plus important en ce moment, c’est que les investisseurs restent calmes. Si vous vous demandez si vos fonds communs de placement sont exposés à la Russie, nous avons une liste. Ceux-ci sont tous détenus dans la catégorie Actions Morningstar Global Emerging Markets. Certains ont même des cotes quantitatives médaillées de Morningstar.

 

Rappelez-vous cependant de ne prendre aucune décision hâtive. Cette situation peut sembler sans précédent, mais malheureusement elle ne l’est pas. Tout cela fait partie du risque géopolitique.

En termes simples, Dan Kemp, directeur mondial des investissements de Morningstar Investment Management, affirme qu’il existe quatre façons dont les investisseurs gèrent généralement les risques géopolitiques:

1. Prédire le résultat et jouer sur vos attentes (ce qui n’est pas une chose intelligente à faire)

2. La protection d’abord (vous pourriez protéger à la baisse, mais perdre l’avantage)

3. Vous asseoir fermement et vous concentrer sur vos objectifs (une chose intelligente à faire)

4. Surveiller la situation (logiquement saine, mais cela nécessite un cadre rationnel et une bonne discipline).

 

Kemp soutient qu’une combinaison des deux dernières approches est la meilleure, car «elles aident les investisseurs à contrôler leurs pulsions tout en concentrant leur analyse sur ce qui compte le plus».

Si ces méthodes sont suivies correctement, les investisseurs sont alors en mesure de reconnaître qu’il est peu probable qu’une tension géopolitique accrue déplace sensiblement les bases fondamentales, créant ainsi une occasion d’acheter pour moins cher que sa valeur.

«L’idée est d’éviter l’action, sauf lorsqu’elle présente une opportunité, car la vente motivée par la peur est rarement une bonne idée», dit Dan Kemp.

Sur le même sujet

Mélanie Joly au G20 cette semaine, même si le ministre russe y sera

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est également attendu.

Ukraine: Zelensky pense que la Biélorussie n'entrera pas en guerre

Mis à jour à 09:26 | AFP

Les alliés de l'Ukraine posent les premiers jalons de la reconstruction du pays estimée à 750G$US.

À la une

L'épargne-retraite devient hors de portée pour les jeunes adultes canadiens

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

79% des Canadiens âgés de 18 à 34 ans affirment qu’épargner pour la retraite coûte trop cher.

«Au secours, mon salaire ne me permet plus de m'en sortir!»

MAUDITE JOB! «Encore 15 jours d'inflation comme ça et je ne vais pas réussir à boucler la fin de mois.»

La pérennité des dons compromise auprès des organismes philanthropiques

PHILANTHROPIE. Au cours des cinq dernières années, le nombre de dons a diminué de 2,7%.