Prenez garde au marketing frauduleux d'actions

Publié le 21/10/2015 à 06:27

Prenez garde au marketing frauduleux d'actions

Publié le 21/10/2015 à 06:27

Par La Presse Canadienne

Photo: Shutterstock

Les organismes de réglementation des valeurs mobilières dans neuf provinces mettent en garde contre le marketing frauduleux d'actions en Bourse qui utilise des applications populaires sur téléphone mobile telles que «WhatsApp» pour générer de l'intérêt d'investisseurs potentiels.

Ils affirment que le prétendu stratagème de gonflage et de largage cible des investisseurs potentiels au Québec, en Ontario, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et en Saskatchewan.

La supercherie consiste à gonfler artificiellement l'intérêt pour un titre en particulier par l'entremise de pourriels exagérant les avantages d'une entreprise et persuadant les gens d'investir.

Mais les investisseurs ignorent que la personne ou l'entreprise faisant la promotion de l'action en détient une grande quantité, et alors qu'il y a de plus en plus d'investisseurs qui achètent ces actions, la valeur grimpe.

Selon les organismes de réglementation, une fois que le titre a atteint un niveau important, les fraudeurs empochent le magot en vendant leurs parts, la valeur plonge, et les autres investisseurs se retrouvent avec presque rien.

Les organismes affirment que les usagers de ces applications devraient prendre garde à ce type de pourriels et les signaler aux autorités provinciales de réglementation des valeurs mobilières.

À la une

Votre espace de travail, panacée de la rétention?

RHÉVEIL-MATIN. Voici trois trucs pour mieux utiliser vos pieds carrés.

Neuf conseils d’experts pour développer son entreprise

08/10/2021 | Kévin Deniau

SE LANCER EN AFFAIRES. Les Affaires a demandé à des spécialistes de la création d’entreprise leurs meilleurs conseils...

Se lancer en affaires du bon pied

08/10/2021 | Kévin Deniau

SE LANCER EN AFFAIRES. On ne se lance plus en affaires en 2021 comme en 2011, constatent les spécialistes du domaine.