«Nous avons vendu Stella-Jones et réduit Dollarama pour hausser l'encaisse»


Édition du 12 Octobre 2019

«Nous avons vendu Stella-Jones et réduit Dollarama pour hausser l'encaisse»


Édition du 12 Octobre 2019

Par Dominique Beauchamp
Un homme qui sourit.

Murray Leith, vice-président exécutif d'Odlum Brown (Photo: courtoisie)

MARCHÉS EN ACTION.

DOMINIQUE BEAUCHAMP - Étant donné votre démarche à long terme, les changements dans vos placements sont assez rares. Pourquoi remaniez-vous tout à coup votre portefeuille modèle ?

MURRAY LEITH - À court terme, les bas taux d'intérêt devraient donner à l'économie la dose d'adrénaline dont elle a besoin pour éviter une récession imminente. À moyen terme, par contre, les taux anémiques pourraient avoir des conséquences indésirables. Nous jugeons donc approprié d'adopter une stratégie plus prudente qui équilibre davantage la part accordée aux actions et aux obligations en portefeuille. La répartition d'actifs est unique à chacun de nos clients - et dépend entre autres de la tolérance personnelle au risque -, mais nous proposons un guide depuis 25 ans sous la forme d'un portefeuille modèle. Ainsi, un client qui aurait alloué 70 % de son portefeuille aux actions et 30 % aux obligations pourrait considérer un ratio de 60 %-40 %, par exemple.

D.B - Quel a été l'élément déclencheur de cette position plus prudente ?

M.L - C'est l'aboutissement d'une longue réflexion. Les faibles taux encouragent l'endettement. L'emprunt n'est pas mauvais en soi, mais un excès d'endettement peut devenir déflationniste. La surconsommation peut ralentir l'économie en diminuant la future capacité de la société à consommer dans l'avenir. Cette fois, les finances des consommateurs sont en meilleure posture qu'avant la crise, mais ce n'est pas le cas des gouvernements et des entreprises un peu partout dans le monde. Les investisseurs sont aussi conditionnés à se fier aux bas taux pour sauver l'économie à chaque ralentissement. Or, il nous semble qu'à force d'essayer de stimuler l'économie avec de faibles taux, on nuit plus au patient qu'on le soigne.

D.B. - Comment ces facteurs macroéconomiques se transposent-ils au placement ?

M.L. - Puisque les gouvernements ont accru leurs déficits et leurs dettes pendant les bonnes années, ils pourront moins bien combattre la prochaine récession. Les recettes fiscales diminuent forcément en temps de récession alors que les besoins d'une population vieillissante sont déjà pressants. Avec 17 000 G $ US de dettes portant des intérêts négatifs dans le monde, les banques centrales seront aussi moins aptes à stimuler l'économie lors du prochain coup de froid. Cette conjoncture moins favorable nous invite à mettre un peu plus l'accent sur la préservation que sur la croissance du capital.

D.B. - D'où la décision de faire passer l'encaisse du portefeuille modèle de 1 % à 13,5 % ?

M.L. - Nous continuons à détenir d'excellentes entreprises, mais il est sage d'avoir un petit coussin dans l'éventualité d'une récession. Les moins bonnes perspectives à moyen terme ternissent aussi un peu les attributs risque-rendement des entreprises de notre univers de placement. Les entreprises de qualité, bien gérées et rentables, restent le pilier pour préserver la richesse des investisseurs et la faire croître, mais il est de plus en plus difficile de trouver des élues à bon prix. À la fin des années 1990, les sociétés canadiennes de qualité étaient boudées et bon marché. Avant la crise de 2008, les blue chips américaines étaient tout aussi attrayantes. Dans ce cycle-ci, il n'y a pas vraiment d'équivalent. Soyons clairs : les bonnes entreprises sont populaires pour les bonnes raisons. Elles bénéficient de marges élevées, d'avantages concurrentiels, d'un bon pouvoir d'imposer leurs prix et jouissent d'une bonne situation financière. Leur rendement futur sera toutefois moins généreux.

D.B. - Quels modifications avez-vous apportées pour augmenter les liquidités ?

M.L. - Dans le portefeuille modèle, nous avons diminué la part qu'occupent plusieurs de nos gagnants en portefeuille. Après des années d'appréciation, ils avaient déjà beaucoup donné. Certains avaient tout simplement atteint nos cours cibles les plus rapprochés. Le poids en portefeuille d'Amazon, Starbucks, Restaurant Brands, Dollarama et Constellation Software est passé à 2 %. Visa a connu le même sort, sa répartition diminuant de 4,1 % à 2,5 %. Parmi nos titres liés à l'immobilier, la place accordée au promoteur axé sur la croissance Howard Hughes a diminué, tout comme celle du constructeur de maisons TRI Pointe Group . Par contre, la place du groupe forestier Weyerhaeuser, offrant un dividende de 5,2 %, s'est légèrement accrue.

D.B. - Le portefeuille fictif a aussi «vendu» certains de ses placements. Lesquels ?

M.L. - Les entreprises plus tributaires de l'économie telles qu'Air Products, Shawcor et CarMax ne sont plus dans le portefeuille modèle. Notre équipe d'analystes continue à assurer le suivi de ces entreprises encore recommandées. Pour les mêmes motifs, nous avons réduit le placement dans le transporteur XPO Logistics, de 2,4 % à 1 %. Je détiens encore ces titres personnellement, mais pour nos clients, nous voulions alléger l'influence de l'économie sur le portefeuille. Par contre, nous avons fait le choix de vendre le fournisseur de traverses et de poteaux de bois Stella-Jones lors du changement de la garde. Son industrie est stable, sa stratégie d'acquisition est intacte et l'équipe de direction est solide, mais nous étions moins enthousiasmés par ce titre que d'autres. C'était aussi un petit placement pour nous.

D.B. - Vous avez par contre ajouté au placement dans Colfax. Jugez-vous que ce titre est boudé ?

M.L. - L'ex-filiale du conglomérat industriel Danaher, des frères Rales, fabrique des valves, des turbines et du matériel de soudure. Le titre est impopulaire parce qu'une portion des clients provient du secteur pétrolier. Nous apprécions la stratégie des dirigeants de remodeler les champs d'activités. En mai, Colfax a vendu sa division de compresseurs et de ventilateurs pour 1,8 G $ US. En novembre 2018, l'entreprise a réalisé sa plus importante transaction avec l'achat du fournisseur de matériel d'équipements orthopédiques DJO Global pour 3,1 G$ US. Le succès du virage n'est pas assuré, mais l'action est assez peu chère pour voir venir.

D.B. - Quels placements plus prudents pèsent un peu plus lourd en portefeuille ?

M.L. - Nous avons en effet ajouté à la répartition de Berkshire Hathaway de 2,7 % à 4 %, d'Enbridge de 1,6 % à 3 %, de BCE de 1,9 à 2,5 % et de Rogers Communications de 1,5 % à 25 % du portefeuille repère. Le conglomérat de Warren Buffett dispose de liquidités de plus de 120 G$ US, tandis que les trois sociétés canadiennes versent de solides dividendes.

À la une

Ode au libre-service

Il y a 41 minutes | Daniel Lafrenière

BLOGUE INVITÉ. «L’adage disant que la nécessité est la mère de l'invention prend ici tout son sens.»

Bourse: la technologie tire Wall Street à la hausse à l'ouverture

Mis à jour il y a 14 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a ouvert en hausse.

Groupe Mach acquiert l'hôtel InterContinental pour 80 M$

Il y a 25 minutes | La Presse Canadienne

Haut de 26 étages et construit en 1991, l’hôtel InterContinental compte 357 chambres et suites.