Les chefs d'entreprise demandent 15 milliards $ de plus

Publié le 23/12/2008 à 00:00, mis à jour le 11/10/2013 à 07:24

Les chefs d'entreprise demandent 15 milliards $ de plus

Publié le 23/12/2008 à 00:00, mis à jour le 11/10/2013 à 07:24

Par La Presse Canadienne

Le Conseil canadien des chefs d'entreprise (CCCE) affirme que le Canada, de par la position relativement solide dans laquelle il se trouve, est en mesure de survivre à l'effondrement économique et financier mondial, mais qu'il ne peut pas échapper à la profonde récession que traversent actuellement les Etats-Unis.

Les hauts dirigeants croient de plus qu'à la suite de plusieurs années d'excédents budgétaires, les gouvernements peuvent se permettre le luxe d'accroître leurs dépenses, ne serait-ce que temporairement.

Le président du CCCE, Tom D'Aquino, croit nécessaire une importante injection financière afin de faire face à la situation. Il estime également qu'une aide accrue pourrait s'imposer l'an prochain si le ralentissement se révélait plus profond et plus long que prévu.

Ottawa devrait accélérer les investissements consacrés aux infrastructures, aider les sans-emploi à se recycler, permettre aux entreprises d'innover et de se moderniser, en plus d'encourager les dépenses des consommateurs en réduisant les impôts des Canadiens les plus pauvres, affirment aussi les chefs d'entreprise.

"La présente situation est assez sérieuse", a déclaré M. D'Aquino en entrevue, mardi, ajoutant que 2009 verrait le chômage augmenter et les profits des sociétés diminuer.

"Ce qui est important, c'est que nous adoptions suffisamment de mesures stimulantes pour faire ce qui doit être fait, mais sans en faire trop", a-t-il dit.

Une aide exagérée aurait pour effet de plonger les finances du gouvernement dans un profond déficit, a expliqué M. D'Aquino.

A l'occasion d'une entrevue télévisée, la semaine dernière, le premier ministre Stephen Harper a affirmé que le fédéral envisageait un déficit de 20 à 30 milliards $ pour l'an prochain, ce qui laisse croire que son gouvernement s'apprête à avancer des sommes de 15 à 25 milliards $ dans le but de relancer l'économie.

Des documents gouvernementaux permettent de penser que le déficit d'Ottawa atteindra entre cinq et 10 milliards $, en 2009-10, avant l'adoption de quelque mesure économique que ce soit.

À suivre dans cette section

À la une

FNB: trois idées d'experts pour un contexte incertain

Ils n'anticipent pas de récession, mais prône la prudence.

En attente du marché baissier?

BLOGUE INVITÉ. En fait, sommes-nous vraiment dans un marché haussier qui bat des records de longévité?

Les régimes de retraite et les profits, plus liés que jamais

BLOGUE INVITÉ. La profitabilité des entreprises influence plus que jamais les régimes de retraite.