Desjardins, CIBC, la Scotia et la Banque Nationale haussent leurs taux hypothécaires

Publié le 27/04/2010 à 15:17

Desjardins, CIBC, la Scotia et la Banque Nationale haussent leurs taux hypothécaires

Publié le 27/04/2010 à 15:17

Par Alexandre Paillé

Après la Banque royale et la TD, le Mouvement Desjardins hausse ses taux hypothécaires. Photo : lesaffaires.com

Après la Banque royale et la TD, le Mouvement Desjardins, la CIBC, la Scotia et la Banque Nationale entrent dans la valse des hausses de taux hypothécaires.

Desjardins hausse ainsi les taux de la plupart de ses hypothèques à échéance fixe dans les caisses du Québec et de l'Ontario à compter de demain.

Ces augmentations oscillent entre 15 et 20 points de base. Un prêt hypothécaire fermé de trois ans prend 0,15% à 4,95%, tandis que le même prêt pour une durée de cinq ans prend 15 centièmes de point à 6,25%. Un prêt de 10 ans fermé monte de 0,15% à 7,20%.

Du côté de la CIBC, la hausse touche également la plupart de ses hypothèques à échéance fixe. Un prêt hypothécaire fermé de trois ans prend 0,25% à 4,85%, tandis que le même prêt pour une durée de cinq ans prend 15 centièmes de point à 6,25%. Un prêt de 10 ans fermé monte de 0,15% à 7,20%.

À la Banque Nationale, la hausse touche les hypothèques à échéance fixe. Un prêt hypothécaire fermé de trois ans prend 0,15% à 4,75%, tandis que le même prêt pour une durée de cinq ans prend 15 centièmes de point à 6,25%. Un prêt de 10 ans fermé monte de 0,15% à 6,90%.

La Banque Scotia hausse aussi ses hypothèques à échéance fixe. Un prêt hypothécaire fermé de trois ans prend 0,15% à 4,90%, tandis que le même prêt pour une durée de cinq ans prend 15 centièmes de point à 6,25%. Un prêt de 10 ans fermé monte de 0,15% à 7,35%.

Hier, les hausses annoncées par la Banque Royale et la Banque TD oscillent entre 15 et 25 points de base.

Cette troisième hausse des taux hypothécaires ces dernières semaines reflète la hausse des coûts de l'emprunt sur le marché obligataire, où les banques financent leurs prêts hypothécaires.

Les investisseurs du marché des obligations exigent de meilleurs taux d'intérêt avant d'allonger leur argent parce qu'ils s'attendent à ce que la progression de l'inflation gruge leurs rendements obligataires futurs.

Au cours du dernier mois ou à peu près, trois séries de hausses distinctes ont fait grimper les taux hypothécaires liés au marché obligataire d'un total de près d'un plein point de pourcentage.

Les prêts hypothécaires liés au taux préférentiel sont restés stables jusqu'à présent, mais ils devraient, eux aussi, être appelés à s'apprécier cet été si la Banque du Canada hausse son taux directeur _ comme s'y attendent la plupart des observateurs _ et que les banques l'imitent en faisant progresser leurs propres taux d'intérêt préférentiels.

Avec PC.

 


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Énergie 4.0: des centaines de milliards d'investissements

15/10/2019 | François Normand

L'industrie modernisera le réseau électrique en Amérique du Nord. Il y aura des gains, mais aussi des risques.

Informatique ambiante: la stratégie de Google se dévoile

15/10/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. La flopée de nouveaux appareils de Google mise sur l’intelligence artificielle pour attirer les acheteurs.

Politique: quand le contenant prime sur le contenu...

15/10/2019 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis avec un certain découragement la campagne électorale fédérale présentement en cours.