Diminuer la facture d’impôt avec les actions accréditives?

Publié le 23/02/2018 à 08:39

Diminuer la facture d’impôt avec les actions accréditives?

Publié le 23/02/2018 à 08:39

Par Institut québécois de planification financière

Source : RAYMOND CHABOT GRANT THORNTON, Le Planiguide fiscal 2017-2018, p. 90.

Les actions accréditives permettent à ceux qui les détiennent de déduire certaines sommes de leur revenu, tout en leur donnant droit à un crédit d’impôt. Elles sont particulièrement attrayantes pour les gens atteignant un taux d’imposition élevé, donc qui ont un revenu annuel de 100 000$ et plus. 

Le gouvernement fédéral a mis ce programme en place afin de stimuler le secteur des ressources minières. Les actions accréditives sont émises par des sociétés œuvrant dans les secteurs miniers, pétroliers et de l’énergie. Nous nous attarderons aux actions émises par des sociétés minières opérant au Québec, car elles peuvent se qualifier pour des déductions supplémentaires. La plupart du temps, on choisit une société en commandite regroupant différentes entreprises comme type de placement. Cela permet une meilleure diversification des métaux et des sociétés.

Comment ça fonctionne?

En émettant les actions, les pertes subies par les entreprises d’exploration et d’exploitation minière sont transférées du côté des détenteurs de parts. L’investisseur peut, de son côté, appliquer ces pertes à l’encontre de ses gains imposables. Les réductions fiscales se situent aux alentours de 60 % à 65 % de l’investissement, en tenant compte des différentes déductions.

 

Déductions relatives aux actions accréditives

Le produit financier fonctionne sur deux volets : l’aspect fiscal et la valeur de l’investissement. Le placement est effectué sur une période de 4 mois et le 1er janvier de l’année suivant l’investissement. La plupart du temps, la valeur finale est moindre que celle du départ. On peut s’attendre à une valeur finale d’environ 75 % de la valeur initiale, mais l’action peut surperformer et la valeur finale atteindre 150 %. Le prix de base rajusté (PBR) de ce placement est toujours de 0 $, donc la valeur finale est imposable à 100 % comme du gain en capital.

Quel est le rendement final espéré?

La meilleure façon d’utiliser une société en commandite afin d’investir dans les actions accréditives est d’investir sur 5 ans. Le secteur minier étant très volatil, effectuer 5 investissements sur 5 ans permet de créer une moyenne intéressante et de réduire son risque.

En tenant compte des crédits, déductions, gains en capital et fluctuations de l’investissement, on peut s’attendre à un rendement annuel moyen entre -10 % et 60 %. Un chiffre beaucoup plus réaliste se situe à 25 %, et tout ça, en quelques mois seulement!

Bien sûr, il s’agit de placements risqués qui ne conviennent pas à tout le monde. Le mieux, avant de mettre en place une telle planification, c’est de consulter un professionnel.

Patrick Genest, Pl. Fin.

 

 

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

À la une

La revanche de la machine à café

Il y a 32 minutes | Maxime Bilodeau

Les conversations autour de la proverbiale machine à café ont plus que jamais leur place dans les milieux de travail.

L'informatique quantique, une menace pour les cryptomonnaies?

Il y a 54 minutes | Francis Nadeau

BLOGUE INVITÉ. L'informatique quantique constitue-t-elle une menace pour le cryptage des cybermonnaies comme le bitcoin?

McDonald's paie cher son retard dans les burgers végétariens

10:37 | AFP

L’indicateur permettant de prendre le pouls de l’activité et de la rentabilité a déçu aux États-Unis.