Sommes-nous vraiment trop endettés ?

Offert par Les affaires plus

Publié le 30/01/2014 à 14:49, mis à jour le 30/01/2014 à 13:37

Sommes-nous vraiment trop endettés ?

Offert par Les affaires plus

Publié le 30/01/2014 à 14:49, mis à jour le 30/01/2014 à 13:37

MAGAZINE A+ • Depuis 10 ans, le taux d'endettement des Canadiens monte en flèche, atteignant maintenant des sommets historiques. Selon la Banque du Canada, il s'agit de la pire menace intérieure à la santé économique du pays. A-t-on raison de s'alarmer ? Et vous, personnellement, êtes-vous surendetté ?

Martin Tremblay, 40 ans, a un bel avenir devant lui. Il mène rondement une carrière en informatique au sein du gouvernement, où il gagne un salaire annuel de 70 000 dollars par an, en plus de profiter d'un généreux programme d'avantages sociaux. De plus, ce célibataire a fait un investissement judicieux en achetant un condo en 2009 sur le Plateau Mont-Royal, à Montréal, propriété dont la valeur a fortement augmenté grâce au boom immobilier. Bref, pour Martin Tremblay, côté finances, tout baigne dans l'huile. Du moins, en apparence.

Toutefois, en écoutant les nouvelles, il apprend que le taux d'endettement des ménages canadiens tel que calculé par Statistique Canada (revenu disponible par rapport aux dettes) atteint maintenant un niveau record, de 167 %. Intrigué, il sort sa calculette, additionne ses dettes et divise ce total par son revenu disponible. Et multiplie par 100. Le résultat est renversant : son taux d'endettement, à 440 %, frôle la stratosphère. Prêt hypothécaire, prêt automobile, marge de crédit, carte... Martin Tremblay se demande soudainement s'il n'aurait pas succombé trop facilement aux sirènes du crédit. Pourtant, il n'a actuellement aucune difficulté à s'acquitter de ses obligations financières. Donc, où est le problème ?

Depuis 10 ans, les Canadiens, à l'image de Martin Tremblay (un pseudonyme), sont devenus littéralement des accros du crédit. Résultat : leur taux d'endettement atteint maintenant des niveaux historiques, s'approchant dangereusement de celui des Américains avant la crise économique de 2008. Devant cette hausse constante, la Banque du Canada, tout comme le ministre canadien des Finances, Jim Flaherty, martèle depuis des mois le même message aux Canadiens : il est temps de faire le ménage dans vos finances.

Joignant le geste à la parole, Jim Flaherty a procédé à quatre reprises depuis 2008 à des resserrements des règles hypothécaires, une politique qui vise à réduire notre niveau d'endettement collectif. Or, rien n'y fait, la croissance des dettes se poursuit à un rythme d'enfer, suivant la hausse des prix de l'immobilier. Ce niveau d'endette-ment des ménages représente, selon la banque centrale, la pire menace intérieure qui pèse sur l'économie canadienne.

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.