Les riches Canadiens encore plus riches

Publié le 28/01/2013 à 11:48, mis à jour le 11/10/2013 à 07:40

Les riches Canadiens encore plus riches

Publié le 28/01/2013 à 11:48, mis à jour le 11/10/2013 à 07:40

Par La Presse Canadienne

L'écart entre les Canadiens les plus riches et le reste de la population s'accroît.

Les données rendues publiques par Statistique Canada, lundi, indiquent qu'il fallait gagner 201 400$ par année en 2010 pour entrer le club des 1% des Canadiens les plus riches, comparativement à 147 500$ en 1982.

Ce qui frappe davantage, toutefois, est l'augmentation de l'écart entre les revenus des ces deux groupes.

Ainsi, le revenu médian du groupe des 1% est passé de 191 600$ en 1982 à 283 400$ en 2010, soit une augmentation de 48%, tandis que le revenu médian de 99% de la population est passé, durant la même période, de 28 000$ à 28 400$, une maigre hausse de 1,4% en 18 ans.

En d'autres termes, le revenu médian des plus fortunés, qui était sept fois plus élevé que celui du reste de la population en 1982, est maintenant dix fois plus élevé.

Quant au revenu moyen des deux groupes, celui des plus plus fortunés se situait à près de 430 000$ en 2010, comparativement à un revenu moyen de 36 600$ pour 99% de la population, ce qui veut dire qu'en moyenne, un pour cent de la population canadienne gagne en moyenne 12 fois plus d'argent que le reste des citoyens contribuables.

Sans surprise, ils paient également plus d'impôts: la part de revenus des gouvernements fédéral et provinciaux provenant de la tranche des 1% est passée de 13,4% en 1982 à 21,2% en 2010. Il s'agit cependant d'une baisse par rapport au sommet de 2007, où les plus riches avaient versé 23,3% des revenus gouvernementaux.

Bien que les hommes dominent toujours le palier supérieur, la proportion de femmes qui se trouvent dans le 1 pour cent des plus fortunés a tout de même presque doublé depuis 1982, passant de 11 pour cent à 21 pour cent.

À l'échelle provinciale, l'Ontario, l'Alberta, le Québec et la Colombie-Britannique, dans l'ordre, regroupent 92% des personnes les plus fortunées. La proportion d'Albertains entrant dans ce groupe restreint a doublé entre 1982 et 2010, passant de 10 pour cent à 20 pour cent pendant que celle des Ontariens a diminué de 51 pour cent à 43 pour cent. À elle seule, la ville de Calgary a vu sa proportion de gens très fortunés passer de 5 pour cent à 11 pour cent.

 

 

À la une

Un truc génial pour toujours choisir la bonne file d'attente!

CHRONIQUE. Noël approche, et avec lui la saison des interminables files d'attente. À moins de connaître cette astuce!

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

Il y a 16 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Il y a 23 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Il faut conserver à l'esprit que Donald Trump a le dernier mot.»