J'ai besoin de 20 000 dollars !

Publié le 01/04/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:51

J'ai besoin de 20 000 dollars !

Publié le 01/04/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:51

Vous avez besoin de 20 000 dollars presto ? Voici les meilleurs moyens de les emprunter. Si, si, c'est encore possible.

À force d'entendre parler de système financier en décrépitude et de consommateurs qui croulent sous les dettes, on se demande s'il est encore acceptable de recourir au crédit et s'il est possible d'emprunter à coûts raisonnables pour rénover, s'offrir un voyage, acheter une voiture ou payer les études universitaires de Junior.

Ironiquement, les produits de crédit n'ont jamais été aussi attrayants. L'arrivée au cours des dix dernières années de nouveaux concurrents dans l'industrie du prêt, comme ING direct ou encore la Banque Manuvie, a forcé tous les prêteurs à concocter des produits pratiques pour ceux qui savent utiliser le crédit de manière avantageuse. " Les consommateurs ont maintenant intérêt à magasiner et à comparer les offres de crédit ", dit Nathalie St-Amant, directrice principale, Gestion des produits hypothécaires, chez Banque Laurentienne.

Vous voulez faire des rénovations pour profiter des incitatifs fiscaux ? Sauter sur les aubaines pour remplacer votre voi-ture ? Profiter des prix réduits pour partir en voyage ? Bref, l'article précédent vous a inspiré, mais vous n'avez pas les liquidités nécesssaires pour passer à l'action ? Voici comment vous pouvez emprunter intelligemment.

La totale

Les prêts à tout faire - plus communément nommés " marges de crédit hypothécaires " - ont la cote. " Ils vous permettent de rénover votre maison, d'acheter une voiture ou un motorisé, de maximiser vos placements, de payer les études de vos enfants ou de faire face à des dépenses imprévues ", énumère Yvon Boucher, directeur de la succursale de la Banque de Montréal, de Boucherville.

Ils existent en deux versions. La première, plus complexe, regroupe la Marge Atout des caisses Dejardins, le Tout-En-Un de la Banque Nationale et du Groupe Investors, et le Manuvie Un de Banque Manuvie. Ces produits proposent une marge de crédit qui couvre de 70 à 80 % de la valeur totale de la maison. Cette marge permet de consolider toutes les dettes du propriétaire, de l'hypothèque au prêt auto. De plus, elle est jumelée à un compte chèques, à partir duquel il peut faire des retraits automatiques et où ses payes sont déposées, l'épargne et les prêts ne faisant plus qu'un. L'avantage de cette formule : des frais d'intérêt moins élevés. L'ensemble des dettes sont garanties par la maison, ce qui permet de profiter d'un taux d'intérêt meilleur marché. De plus, comme les revenus sont déposés dans ce compte unique, la dette diminue, donc les frais d'intérêt aussi. Évidemment, ce produit s'adresse aux personnes disciplinées, car il peut devenir un véritable piège pour le consommateur compulsif.

La deuxième version, plus commune, consiste à prêter la valeur nette de la maison. Comme pour les produits tout-en-un, le client profite d'un taux d'intérêt moins élevé que sur un prêt personnel ou une marge de crédit standard. Il existe aussi plusieurs variantes de la marge hypothécaire. Chez RBC Banque Royale, par exemple, le client qui a une hypothèque voit sa capacité d'emprunt augmenter à mesure que l'équité sur la maison augmente. La Marge Proprio de RBC Banque Royale permet de diviser la valeur de la maison en cinq segments. " C'est comme si vous aviez cinq hypothèques en une. Sur une équité de 100 000 dollars, vous pourriez emprunter 20 000 dollars pour acheter une voiture à un taux d'intérêt fixe sur cinq ans, et un autre prêt de 20 000 dollars pour les études de votre enfant à un taux variable ", explique Danielle Coutlée. À cela s'ajoute une marge dans laquelle on pige et qu'on rembourse, selon ses besoins.

En plus de vous permettre de choisir le type de taux (fixe ou variable) qui vous convient, ces deux formules vous permettent de décider des modalités de paiement de votre marge de crédit. " Vous pouvez choisir entre un remboursement fixe (intérêts et capital) sur un nombre déterminé d'années, des versements mensuels qui couvrent uniquement les intérêts, sachant qu'un jour ou l'autre vous rembourserez votre prêt, et des paiements qui représentent un pourcentage fixe de l'emprunt - couvrant les intérêts et le capi- tal ", explique Nathalie St-Amant, de la Banque Laurentienne.

Ainsi, si vous empruntez 20 000 dollars et que vous remboursez seulement les intérêts à un taux de 4 %, vous débourserez 67 dollars par mois. Le capital, lui, sera remboursé à votre rythme.

Notez cependant que chaque institution a ses particularités. À titre d'exemple, si vous n'utilisez pas pleinement la marge d'emprunt, la Banque de Montréal vous permet de payer les intérêts... à même la marge. La Banque Laurentienne, elle, n'offre pas cette option.

" Ces prêts perpétuels comportent un danger, prévient Charles Tanguay, porte-parole de l'Union des consommateurs. Car même si vous remboursez, vous pouvez toujours retomber dans la marge, si bien qu'il n'y a jamais de fin à l'endettement. "

En effet, comme bon nombre de gens ont une vision à court terme et que l'accès au crédit est si facile, ils sont souvent tentés d'emprunter au lieu de changer de style de vie et de réduire leurs dépenses. Évidemment, le risque est de taille. " Si votre situation changeait subitement (divorce, perte d'emploi) ou si la valeur de votre propriété diminuait, vous pourriez soudainement avoir un sérieux problème d'endettement ", dit Hélène Arsenault, conseillère budgétaire pour l'ACEF, de Lanaudière.

D'autres prêts perpétuels

Un autre moyen d'emprunter consiste à utiliser la marge de crédit personnelle. Très similaire à la marge de crédit hypothécaire, elle est en général offerte aux particuliers qui ne sont pas propriétaires ou qui n'ont pas encore d'équité sur la propriété. Comme elle n'est pas liée à une garantie hypothécaire, les prêteurs se protègent en accordant des limites de crédit plus basses et en appliquant des taux d'intérêt un peu plus élevés - entre 5 et 9 % au début de février.

Ces marges sont offertes par les banques traditionnelles, par certaines banques en li-gne et par des sociétés de financement. Elles offrent la même flexibilité que la marge de crédit hypothécaire en ce qui concerne l'utilisation, le choix des taux et des modalités de paiement. Elles comportent aussi le même danger, c'est-à-dire qu'elles peuvent mener à une surutilisation du crédit.

Si vous êtes très dépensier et que vous risquez, comme on dit, de tomber dans la marge, vous avez néanmoins deux moyens de vous protéger. Demandez de façon explicite une limite de crédit moindre, pour ne pas dire raisonnable. Ou encore, contentez-vous d'une marge spécialisée - offerte uniquement par les prêteurs traditionnels - telle la marge de crédit REER, dont la seule finalité est de financer les contributions annuelles au REER. Sinon, le prêt personnel est peut-être une meilleure option.

Les prêts personnels revus et corrigés

Ces dernières années, le paysage des prêts personnels a aussi radicalement changé. Ces prêts, qui vous obligent à rembourser des mensualités fixes afin de vous libérer de la dette dans un laps de temps donné, offrent aujourd'hui diverses options : des taux fixes ou variables, une période d'amortissement qui peut aller jusqu'à 10 ans, et des versements hebdomadaires, aux deux semaines, au mois ou aux deux mois.

Certaines institutions vous offrent aussi de reporter les versements d'un mois, à raison d'une ou deux fois par an. " À cela, il faut ajouter que le remboursement anticipé intégral ou partiel est permis en tout temps, sans pénalité ", souligne la spécialiste des prêts de la Banque Laurentienne.

Évidemment, la flexibilité des conditions varie d'une institution à l'autre. C'est pourquoi il est bon de comparer ce qu'offrent les banques, les caisses, les banques virtuelles et les sociétés d'investissement, et de négocier.

Ces prêts personnels, qui ont pour avantage de favoriser un remboursement discipliné et de vous libérer de vos dettes après un certain nombre d'années, financent aujourd'hui presque tout : contribution au REER, ordinateur, automobile, et même chirurgie plastique.

Seule mise en garde : vous devez vous méfier de la voracité de votre banquier. " En demandant un prêt de 12 200 dollars pour l'achat d'une voiture usagée, vous pourriez très bien vous en faire proposer un de 14 000 dollars, histoire de vous donner une petite marge de manoeuvre, explique Hélène Arsenault. Même si c'est tentant, il faut comprendre que cette marge de manoeuvre entraînera des frais d'intérêt supplémentaires et pourrait vous empêcher de réaliser d'autres projets. " On parle de paiements mensuels de 336 dollars, au lieu de 292 dollars pour un emprunt sur 48 mois, à un taux de 7 %. Alors, méfiez-vous !

Marge de crédit pour étudiant

Les étudiants à temps plein ou à temps partiel peuvent eux aussi demander une marge de crédit. Celle-ci leur permettra de retirer la somme désirée, au moment voulu, pour payer leurs frais de scolarité, leurs livres, leurs frais de subsistance et toute autre dépense liée à leurs études. Seul hic : il faut en général un cosignataire, par exemple le père, la mère ou un parent.

Une assurance avec ça ?

La plupart des institutions québécoises offrent des protections d'assurance vie, d'invalidité et de maladies graves sur les prêts. Mais avant de les demander, les ACEF du Québec vous recommandent d'évaluer si cela en vaut vraiment la peine. Trop souvent, les consommateurs ne savent pas qu'ils ont le droit de refuser d'acheter l'assurance offerte par le créancier. Ils peuvent également magasiner ailleurs afin d'obtenir une police moins chère.

Radiation d'hypothèque

De nouvelles règles sont entrées en vigueur le 1er mars 2009 relativement à la radiation d'une hypothèque sur un immeuble. Comme les emprunteurs ont maintenant accès à plusieurs types de crédit qui peuvent être garantis par l'hypothèque immobilière, les créanciers ont émis des directives selon lesquelles ils refuseront de libérer le bien immobilier de l'hypothèque si le vendeur ne remet pas les sommes dues pour la totalité des prêts ou des crédits consentis et garantis par l'immeuble en question. Autrement dit, si l'emprunteur vend sa maison, la transaction ne pourra être conclue tant que l'ensemble des dettes sur le bien immobilier n'est pas remboursé.

Source : L'info ACAIC


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

À surveiller: Banque Royale, Lowe's et BlackBerry

09:08 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Banque Royale, Lowe’s et BlackBerry? Voici quelques recommandations d'analystes.

Facebook recrute des journalistes: pas de révolution attendue pour les médias en crise

Il y a 12 minutes | AFP

La décision de Facebook ne suffira pas à révolutionner un secteur des médias en crise, préviennent des analystes.

10 choses à savoir jeudi

Votre Internet est trop rapide pour rien. Lyft au Canada mais pas au Québec? Cette IA tricote comme votre grand-mère!