Les coûts d’une brèche de cybersécurité augmentent

Publié le 01/09/2022 à 00:01

Par MicroAge

Selon le rapport annuel récemment publié par IBM à la suite de son étude Cost of a Data Breach, le coût moyen d’une violation de données continue d’augmenter de façon considérable, voire inquiétante. En effet, les chiffres de l’enquête démontrent que les entreprises canadiennes étudiées qui ont subi une violation au cours de la dernière année ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. Ce chiffre s’explique principalement par le temps et les coûts liés à la détection de la menace (incluant la recherche des systèmes affectés), à la remédiation de la situation et à la baisse d’activités. Concrètement, les entreprises touchées notent d’importantes dépenses et chutes de revenus associées à des ventes perdues, à des portes fermées et à l’embauche d’experts.

Des statistiques canadiennes

• Une fois de plus, le Canada a enregistré le troisième coût moyen le plus élevé d’une violation de données dans le monde, derrière les États-Unis et la région du Moyen-Orient.

• Le coût moyen canadien d’une violation de donnée représente 298 $ par enregistrement. Les secteurs d’activité les plus touchés sont celui de la finance (520 $ par enregistrement), les entreprises technologiques (433 $ par enregistrement) et l’industrie des services (362 $ par enregistrement).

• La compromission et le vol d’information d’identification des utilisateurs sont les méthodes les plus couramment exploitées par les pirates et les plus prohibitives. Le coût moyen pour ce genre de brèche s’élève à 8,86 millions de dollars.

Un impact direct sur l’inflation

Globalement, les entreprises constatent que les violations de données deviennent de plus en plus courantes et coûteuses. Ainsi, non seulement ces cyberattaques rongent les résultats financiers annuels, mais elles incitent aussi les organisations à ajuster les prix à la hausse des biens et des services. Ce sont 60 % des établissements étudiés qui ont dû augmenter leurs tarifs pour pallier aux déficits encourus par ces violations. Alors que l’inflation est un phénomène complexe causé par divers facteurs, les brèches de cybersécurité sont également l’un des contributeurs notables.

Une piste de solution

Les coûts augmentent pour les organisations qui ne sont pas préparées à répondre à des cyberincidents. À l’inverse, les établissements ayant un système de défense adéquat et adapté en place voient leurs coûts diminuer considérablement. Le rapport démontre que les entreprises canadiennes ayant adopté le modèle Zéro Confiance à maturité ont observé des coûts de violation de 3,79 millions de dollars inférieurs à leurs opposants. Donc, fondamentalement, l’état d’esprit Zéro Confiance basé sur le principe que « les utilisateurs à l’intérieur d’un réseau ne sont pas plus dignes de confiance que les utilisateurs à l’extérieur du réseau » est un moyen de sauver temps et argent.

MicroAge peut vous aider, vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches pour la mise en place d’une stratégie adéquate et sécuritaire afin de protéger les intérêts et le portefeuille de votre entreprise. Contactez-nous dès maintenant.

À la une

Ses «erreurs de jeunesse» n’arrêteront pas l’innovation du Web3

Il y a 50 minutes | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Cet Internet 3.0, bâti sur les «chaînes de blocs», charrie quantité de préoccupations.

Verdir le marketing, l’objectif de Masse Critique

Le collectif a pour mission de réduire l’empreinte environnementale des pratiques de vente.

Voici sur quoi miser pour rapatrier au bureau vos employés

RHÉVEIL-MATIN. Une étude de Microsoft recommande d'offrir un lieu qui permet aux employés de connecter entre eux.