Le Projet L-inc. accompagne les PME en croissance

Publié le 22/11/2018 à 00:01

Quand un entrepreneur se consacre corps et âme à lancer et à faire grandir son entreprise, il a d’autres ambitions que de lire et de signer des documents légaux. Pourtant, toutes les start-up doivent asseoir leur développement sur des bases juridiques solides.

Les créateurs de start-up ont souvent besoin des mêmes conseils de base et de documents relativement similaires : incorporation de la société, convention d’actionnaires, bail commercial, modèles de contrat de confidentialité, de travail, de services, de licence, etc.

C’est pour faciliter l’accès aux services répondant à ces besoins que Langlois avocats a créé le Projet L-inc., un programme d’accompagnement juridique et commercial, réservé aux jeunes entreprises innovantes et à fort potentiel de croissance. « On pense naturellement aux start-up en technologie, mais le programme ne leur est pas exclusivement réservé, précise Sophie Hébert, CRHA, avocate au cabinet Langlois avocats. L’important est que le projet soit porteur d’un fort potentiel de croissance, peu importe le secteur dont il est issu. »

Un programme d’accompagnement et de mentorat

Les entreprises sélectionnées pour le Projet L-inc. bénéficient de tarifs préférentiels applicables à une banque d’heures vouée à du conseil juridique et stratégique, en plus de bénéficier de forfaits pour la rédaction de certains documents.

« Grâce à ces forfaits sur la tarification, les entrepreneurs ont accès à des services de haute qualité qu’ils pourraient difficilement se payer autrement », note Simon Chénard, MBA, avocat au cabinet Langlois avocats. « Ils apprécient la formule des forfaits qui leur permet de prévoir exactement leurs coûts, alors que leurs ressources financières sont limitées et qu’ils doivent rendre des comptes à leurs investisseurs ou au banquier. »

Un noyau de jeunes avocats assure une partie des services de Projet L-inc. « Leur âge, leur familiarité avec la technologie et leur intérêt pour les nouvelles pratiques de gestion facilitent la relation avec les jeunes entrepreneurs, et la confiance s’établit rapidement », explique Sophie Hébert. Tous les services de Langlois avocats, dans les deux bureaux de Montréal et de Québec, sont aussi mis à contribution pour répondre aux besoins des entreprises. « Droit corporatif, contractuel, droit du travail et de l’emploi, litige commercial, propriété intellectuelle : quel que soit le sujet, la diversité de nos ressources nous permet de résoudre toutes les questions juridiques des PME », indique Simon Chénard.

Au-delà des services juridiques, Projet L-inc. offre aux entrepreneurs des opportunités de mentorat, en les mettant en relation avec des dirigeants d’autres entreprises qui ont manifesté leur intérêt. « Certains dirigeants de start-up souhaitent rencontrer un gestionnaire de grande entreprise pour mieux comprendre les pratiques dans les hautes sphères du monde des affaires, dit Simon Chénard. D’autres préfèrent parler aux chefs d’une entreprise de taille moyenne, qui ont affronté des crises de croissance d’une PME et dont l’expérience peut les inspirer. »

Plusieurs PME en ont déjà profité

Lancé en 2017, le Projet L-inc. a déjà accueilli une bonne douzaine d’entreprises très diverses. Parmi elles, Yapouni a remporté plusieurs prix. Elle édite un jeu de rôle éducatif sur tablette pour aider les enfants de 3 à 8 ans à dédramatiser leur séjour à l’hôpital. Une autre entreprise participante, MOS, a conçu un porte-bagages pour toit de voiture doté de bras articulés, qui permet de charger et de décharger aisément du matériel en gardant les pieds bien au sol, sans avoir à grimper sur le véhicule. De son côté, Nuda commercialise des solutions de bronzage à l’aérographe (airbrush) à base d’ingrédients naturels.

Les entreprises intéressées par le Projet L-inc. trouveront de l’information dans une section dédiée aux start-up sur le site web de Langlois avocats, et peuvent communiquer avec un des avocats impliqués dans le projet. Ils pourront ensuite soumettre leur candidature, qui sera examinée par un comité.

« Nous faisons le pari que les entreprises que nous accompagnons connaîtront une belle croissance, dit Sophie Hébert. C’est une façon de partager l’ADN très entrepreneurial de Langlois. Plusieurs de nos avocats ont travaillé auparavant au service du contentieux d’une entreprise, ce qui est assez atypique parmi les grands cabinets. Cela nous donne une longueur d’avance pour bien comprendre la situation des entrepreneurs et pour les accompagner efficacement. »

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Défi Start-up 7: l'importance de rester concentré lors de la création d'une entreprise

Il y a 38 minutes | Denis Lalonde

ENTREVUE. Daniel Beaulé, mentor au Réseau M, discute des pièges à éviter lors de la création d'une entreprise.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?