Zone de Laval: les chercheurs du MIT s'invitent à Laval

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2020

Zone de Laval: les chercheurs du MIT s'invitent à Laval

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2020

Par Camille Foisy
Laval

Logements, entreprises innovantes et espaces verts sortiront bientôt de terre près du Carrefour ­Laval. (Illustration: courtoisie)

SPÉCIAL INNOVATION. Pour son projet de zone d’innovation, ­Laval annonce une collaboration avec le ­Senseable ­City ­Lab, du ­Massachusetts ­Institute of ­Technology (MIT), qui guidera la ­Ville dans l’élaboration de la première étape du projet ­Carré ­Laval. L’initiative vise à transformer le dépôt à neige du même nom en « ­centre-ville intelligent » tout en visant la carboneutralité et le développement de l’économie sociale.

Le ­Senseable ­City ­Guide to ­Laval propose, à la suite d’une recherche réalisée par des étudiants du cycle supérieur de l’université américaine, six idées préliminaires pour transformer une section du projet ­Carré ­Laval en « parc urbain de l’avenir », explique le maire lavallois ­Marc ­Demers. Cette collaboration consultative, qui se poursuivra tout au long du projet, marque la première étape d’un processus de conception et devrait prendre fin en 2022.

Pour ­Nadine ­Bernard, directrice du ­Bureau du développement du ­Centre-ville de ­Laval, l’objectif du projet est d’aller ­au-delà d’un simple parc industriel. « ­On veut mettre la technologie au service de l’humain dans son milieu », ­précise-t-elle. Logements, entreprises innovantes et espaces verts s’allieront dans le secteur situé près du ­Carrefour ­Laval.

Selon le maire ­Demers, son positionnement stratégique – géographique et économique – est la force de ce projet de zone d’innovation. Territoire de près de quatre millions de pieds carrés appartenant à la ­Ville, il est adjacent à une station de métro, à des pôles d’éducation, tels les campus de l’Université de ­Montréal et de l’Université du ­Québec à ­Montréal et le ­Collège ­Montmorency, et culturels (Place ­Bell, ­Maison des ­Arts), ainsi que d’autoroutes importantes (15 et 440).

L’administration municipale estime que la valeur des terrains qui constituent le ­Carré ­Laval se situe entre 80 et 100 millions de dollars (M$). Elle compte investir cette ressource dans le projet et faire ­elle-même la sélection des organisations présentes afin qu’elles « se complètent et forment un tout en matière de vision ». À cet investissement municipal s’ajoute une subvention provinciale de 10 M$ qui permet, entre autres, de déménager le dépôt à neige et de décontaminer le sol du ­Carré ­Laval.

 

Local et global

Laval sera la première ville québécoise à collaborer avec le ­MIT. Cela ne l’empêche pas pour autant de faire une place aux entreprises et aux universités provinciales dans sa zone d’innovation. Le maire ­Demers précise que la proximité des acteurs qui manifesteront leur intérêt sera un avantage dans la sélection des partenaires, « mais pas au détriment de la qualité des projets ».

Le ­Carré ­Laval visera également des secteurs d’activité importants de la municipalité, dont l’industrie pharmaceutique et l’agriculture. Les zones agricoles composent 30 % du territoire lavallois, ce qui est un atout pour le ­centre-ville, croit ­Marc ­Demers. Parmi les idées élaborées dans le guide du ­MIT, le projet ­Foodprint propose d’ailleurs de mettre sur pied des cuisines ouvertes approvisionnées par des producteurs agricoles locaux.

L’inclusion et la consultation citoyenne sont au cœur du projet, renchérit ­Stéphane ­Boyer, responsable du développement économique au sein du comité exécutif de la ­Ville de ­Laval. « ­Il y a déjà certains projets très innovants [en la matière] qui sont en train d’être étudiés par la ­Ville qui pourraient être intégrés dans le ­Carré ­Laval, ­explique-t-il. L’un des principaux objectifs est de repenser comment on peut réduire la facture de loyer pour les gens. » ­Des projets de logements sociaux pourraient ainsi être ajoutés au grand projet de zone d’innovation, dans le but favoriser la mixité citoyenne.

 

Une opportunité

Nadine ­Bernard affirme que ce projet constitue une chance pour ­Laval de devenir « le lieu des expériences » destinées à construire un quartier résilient à de futures pandémies et aux changements d’habitudes qu’a causés la ­COVID-19. De son côté, ­Stéphane ­Boyer souligne qu’une récente étude économique de ­Desjardins présente ­Laval comme l’une des régions où les conséquences économiques de la pandémie « se sont fait le moins ressentir » et qui risque d’avoir la plus grande croissance économique des régions urbaines du ­Québec en 2021.

Dans cette situation enviable, le maire ­Demers affirme qu’aucune date n’a été annoncée en ce qui concerne la finalité de la réalisation du ­Carré ­Laval. Il affirme vouloir préférer prendre son temps dans l’élaboration de ce projet d’envergure « pour prendre les bonnes décisions ».

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.

Les crises sont les meilleurs moments pour démarrer une entreprise

23/02/2021 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Les bonnes idées résolvent un problème réel et important ou facilitent considérablement la vie.

À la une

À surveiller: WSP, 5N Plus et Dye & Durham

Il y a 18 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de WSP, 5N Plus et Dye & Durham?

Vers le vert, au-delà du marketing

BLOGUE INVITÉ. Le développement durable, au-delà de l’image et des volontés du marketing, c’est un défi de taille.

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.